VENEZUELA: LA HONTE DE FAIRE PARTIE DU CAMP DE L'OCCIDENT.

Imprimer

Juan Guaina, président de l'assemblée législative du Vénézuela s'autoproclame président par intérim du pays, quelques jours après une tentative déjouée de putsch par des militaires le 21 janvier. Et tout de suite Trump tweet et reconnaît officiellement le nouveau président du Vénézuela autoproclamé.

Selon la logique trumpienne, la présidente du parlement des Etats-Unis, Madame Nancy Pelosi pourrait se proclamer Présidente des Etats-Unis par intérim en réclamant des nouvelles élections pour mettre fin aux dangers pour le monde entier que fait courir Donald Trump par ses errements géo-politiques. Par exemple, sa folie raciste qui fait penser à Hitler, prenant en otage l'administration américaine, en s'enferrant dans son projet grotesque de construire un mur de la honte en dur entre le Mexique et les Etats-Unis pour plus de 5 milliards de dollars.

Emmanuel Macron n'est pas en reste, prêt  à lui emboiter le pas en prétendant à peu près que Nicolas Madurro a volé sont élection en mai 2018.

Or, avec  une participation de  45,7 %, il a gagné les élections avec 67.84% des voix 6.244.016 exactement, son plus proche concurrent, Henry Falcon n'en recueillant que 1.927.174 soit 20,94%. C'est de la faute à l'opposition si elle est divisée. Lui, ancien chauffeur de bus, arrive par la force de ses harangues et de ses convictions à convaincre encore le peuple des petites gens qui font la majorité du pays. Parce qu'il en fait partie.

Selon Christophe Ventura, chercheur à l'Iris, l'institut français des relations internationales et stratégiques, réputé pour son sérieux, les élections au Vénézuela sont propres et honnêtes.

Ce qui n'a apparemment pas été le cas, ni pour Bush junior, criminel de guerre pour avoir mis à feu et à sang l'Irak illégalement par ses mensonges et excité la vengeance terroriste islamiste. Il avait aussi gagné son élection d'une manière douteuse grâce à l'Etat de Floride. Ni pour Donald Trump, par l'influence de certains réseaux sociaux russes pour détruire la candidature de Hilary Clinton sa concurrente.

Oui, le gouvernement vénézuélien a distribué de la nourriture à prix subventionné dans les quartiers populaires, mais lui au moins,  s'occupe des pauvres alors que le président français s'occupe surtout des riches, avec la fiction que ce sont eux principalement qui créent la richesse et les emplois...

Dans cette affaire bien précise, oui, j'estime qu'il y a de la honte de faire partie du camp occidental, dominé par la volonté de puissance trumpienne alors que l'Etat de droit qui en principe commande  dans nos  démocraties respecte le résultat des élections.

Trump ment en déclarant que l'élection à la tête du Vénézuela du président Maduro est illégitime comme Hitler mentait quand jusqu'en 1938, il n'avait que le mot paix à la bouche. A-t-il une idée seulement de l'outil des humains qui leur permet de faire la différence entre le vrai et le faux, soit la raison critique? Pas sûr.

Force est de constater, en s'efforçant de rester impartial et honnête que le camp oriental avec la Russie, rejointe selon le journal le Temps, par la Chine, la Turquie, la Syrie qui invoque "une ingérence étrangère destructrice, une voie directe vers l'arbitraire et le bain de sang" est plus proche de la vérité des faits. Et donc plus crédible.

Pierre Pittet.

 

Lien permanent 6 commentaires

Commentaires

  • La gauche européenne n'est pas prompt à dénoncer les dictatures de gauche dans le monde, pas plus Cuba que les Vénézuela pourquoi???

  • Certains préfèrent l’hémorragie au bain de sang. A chacun sa mort.

  • Si les droites racistes comme celle de Trump dénoncaient les dictatures de droite comme celles d'Arabie Saoudite ou des Emirats arabes réunis, peut-être que les gauches européennes trouveraient le courage de dénoncer les erreurs en termes d'intérêts du peuple car c'est cela qui compte concernant par exemple Cuba ou le Vénézuela.
    Même si ces deux pays ont de vieux fonds de dogmatisme marxiste qui les mène à des impasses, il n'en reste pas moins que les problèmes économiques pour le Vénézuela viennent aussi du blocus économique de ce Vénézuela socialste par le Yankees.
    Trump va juste qu'à dénoncer le fait que le Venezuela vende son propre or pour se renflouer financièrement. De quoi je me mêle ? Pierre Pittet.

  • Lorsque des millions de vénézuéliens migrent dans les pays voisins en peu de temps, ce qui ne manquent pas de créer des crispations, il est très douteux que les observateurs se trompent sur la fraude électorale.

    Quel peuple choisirait un président qui a mis l'économie à genoux ? La chute de la production du pétrole, n'est pas lié au blocus, mais bien parce que Maduro a placé ses copains incompétents.
    C'est du délire que de croire que la majorité préfèrent choisir un président qui rend la vie difficile à un espoir de vie meilleure.
    La majorité des gens ne sont pas politisée à l'extrême, ils veulent juste mieux vivre.

    Quant à parler de l'Irak et j'en passe, pourquoi ne pas y mettre les croisades, Napoléon, ce n'est pas ça qui rend la légitimité à Maduro.
    Quant à parler de Macron, dans le pays au filet social le plus dense au monde...

    Ce sont les voisins du Venezuela qui se font menaçant, moins Trump et encore moins les européens. L'arrivée des réfugiés vénézuéliens sur leurs territoires les poussent à agir, parce qu'il y a des tensions entre la population et ces réfugiés.
    Ils ne vont pas attendre 2 millions de réfugiés de plus avant d'agir.

    Concernant la crédibilité des russes et autres, c'est de la naïveté.
    Il y a 2 concepts, la souveraineté de l'Etat et celle du peuple. Bizarrement, les dictatures et démocratures évoquent la souveraineté de l'Etat et non du peuple...
    Parfois si ça les arrange, ils parlent du peuple comme en Crimée.
    Je n'excuse pas les pratiques américaines, mais je n'apprécie pas le soutien de ces dictatures "crédibles"

    La souveraineté du Venezuela est remise en question, parce que les pays voisins souverains doivent de force supporter le fardeau des réfugiés victimes d'un président idiot.
    Qu'importe si les vénézuéliens veulent l'idiotie bolivarienne, l'important est que ce soit un choix voulu et sans la catastrophe Maduro à sa tête.

  • Sans être dans cette polarisation politique gauche -droite, c'est un fait que l'on oublie; les états unis ont tout fait ces dernières années pour que le Venezuela chute.

    Les oligarques US n'ont jamais supporté que le pétrole du coin leur échappe.
    La complicité européenne de cette politique est révoltante.

  • "Ni pour Donald Trump, par l'influence de certains réseaux sociaux russes pour détruire la candidature de Hilary Clinton sa concurrente."
    Vous manquez de clairvoyance quand vous relayez le mensonge d'une influence russe dans l'élection de Trump. Il y a eu un contre-coup d'Etat et il est venu de l'intérieur du Yankeeland. Suite au coup d'Etat qui a écarté Sanders. Killary aurait été bien pire que Trump: l'Iran aurait déjà été agressé comme Killary s'y était engagée en cas d'élection. Sans parler des autres théâtres de guerre comme la Syrie et l'Afghanistan alors que Trump veut rapatrier les troupes, ce que n'aurait jamais fait Killary. Trump est en train d'essayer de se faire traiter comme JFK: la route est très étroite.

    Et puis il y a ceci que je vous recommande de lire très attentivement:
    http://www.unz.com/mhudson/trumps-brilliant-strategy-to-dismember-u-s-dollar-hegemony/

    "les gauches européennes trouveraient le courage de dénoncer les erreurs en termes d'intérêts du peuple car c'est cela qui compte concernant par exemple Cuba ou le Vénézuela."
    Vous devriez mieux vous renseigner sur Cuba et son degré de développement malgré le blocus.

Les commentaires sont fermés.