17/03/2018

TOUTES DES MENTEUSES ! C'EST LA THESE DE TARIK RAMADAN

Jusqu'à la nausée nous sommes abreuvés dans les médias par l'affaire Tarik Ramadan, encore aujourd'hui dans la tribune de Genève.

Elle m'inspire une seule réflexion de base et de simple bon sens. Il est totalement impossible que toutes ces jeunes femmes, françaises, américaines ou genevoises qui se sont laissées séduire et manipuler par Tarik Ramadan pour qu'il puisse assouvir ses désirs sexuels soient toutes des menteuses.

 

Or, Tarik Ramadan est formel. Il n'a jamais consommé de relations sexuelles avec ces femmes, donc ce sont elles qui mentent. Et le nouvel avocat qui le défend ment comme seuls les avocats professionnels savent mentir,avec l'accent de la  vérité: mon client n'a jamais eu de relations sexuelles avec les femmes qui l'accusent de viol.

Où donc se trouve la vraisemblance ? Qui dans cet affaire a un intérêt aux mensonges? Bien sûr toutes ces pauvres femmes en France qui ont porté plainte pour viol contre Tarik Ramadan, ont peut-être, poussées par certains courants anti-islamistes, mal contrôlé la vérité de tous les faits passés et cédé à certaines exagérations, pouvant devenir certaines contradictions faisant le beurre des arguments de la défense.

Les passions ignobles et mortifères liées aux différences des cultures, des origines, des religions en France s'en donnent à coeur joie, ou plutôt à coeur haine dans les réseaux sociaux qui se lâchent.

 

 

 


Prenons toutes ces femmes qui, suivant le courage de celles qui avaient osé porter plainte pour viol contre le magnat de cinéma Weinstein, se sont enfin réveillées pour décrire ce qu'elles avaient subi de la part de leur prédateur.

Quels intérêts auraient-elles eu d'affronter l'opinion publique, et le réseau Ramadan en mentant complètement, en inventant toutes, mais vraiment toutes des histoires calomnieuses ? Car en ce qui le concerne, en tant que gourou islamiste, nous sommes en face d'un véritable chef de secte, qui fait ce qu'il veut de ses croyants et croyantes aliénés.  Y compris de les amener au lit pour certaines croyantes. En face d'un véritable réseau.

La preuve, c'est l'énergie que ceux-ci déploient dans les réseaux sociaux pour défendre leur maître en moralité et éthique musulmane, malgré toutes les évidences de ses dérives sexuelles.

S'il y en a un qui va mentir jusqu'au bout, c'est évidemment Tarik. Pourquoi? Parce que s'il ne défend pas ce qu'il prêche à savoir l'interdiction de l'adultère dans la morale islamiste tout son modèle économique fout le camp.

Il va perdre tout son business islamique, la vente de ses livres, de ses conférences j'imagine, ses postes universitaires quand cela n'est pas déjà fait.

Donc, le mensonge est son dernier recours. Le mensonge absolu, la négation totale de toute relation sexuelle à part avec sa femme légitime: le mépris total donc de toutes les femmes qu'il a violemment baisées  pour parler  crûment.

Et le mensonge marche.Le doute plane.

Mais ce qui me conforte le plus dans mon analyse-car qui se ressemble s'assemble- c'est que dans le monde des dominants, qui n'est pas seulement le monde des dominants de l'argent, mais aussi celui des intellectuels, des acteurs de la justice, il a choisi celui qui lui ressemble le plus pour les mensonges et la cupidité financière: l'avocat Marc Bonnant, criminel présumé des Panamapapers  pour faux dans le titres. Ces faux pénaux ont pour but de cacher l'identité des vrais propriétaires des sociétés, experts en blanchiments, escroqueries diverses, marchés interdits. Il a été directeur de plus de 120 sociétés offshore des Panamapapers. Cette affirmation radicale ne vient pas de moi qui ne suis qu'un citoyen intéressé par le droit, mais d'un juriste enquêteur persévérant  que je n'ai encore jamais pris en défaut.

Devant toutes les évidences de son aide apportée aux criminels riches dont les journaux ont égrainés la liste, que fait Marc Bonnant? Il nie tout en bloc: j'ai toujours respecté la loi. Mon étude est ouverte au Parquet. J'ai été contrôlé, on a rien trouvé chez moi. Bien sûr, c'est un avocat d'affaires comme lui qui est procureur général élu par un peuple ignorant.

Il est sûr que quand Olivier Jornot ouvre une enquête ce n'est pas la vérité des faits qu'il traque, mais l'apparence de la vérité.Et que le résultat ne sera pas la justice comme équité, mais l'apparence de la justice. Pas la vérité des faits, mais la vérité judiciaire à savoir le classement du dossier Bonnant, si jamais il est ouvert bien sûr...

Et donc, il pense qu'il peut continuer son pitoyable petit spectacle de parades rhétoriques publiques sans jamais devoir être inquiété. N'est-ce pas lui, au Conseil supérieur de la magistrature qui est chargé du contrôle du parquet, donc d'Olivier Jornot. ? Qui fait lui-même partie du Conseil supérieur de la magistrature. Ben voyons...

Pour en revenir à Genève cette crapule civique a déclaré dans la Tdg que les quatre femmes genevoises qui ont témoigné des pressions sexuelles exercées sur elles quand elles étaient adolescentes au Collège et au Cycle d'orientation par Tarik Ramadan avaient revisité leur consentement...

Ah oui , la gamine de 14 ans du cycle d'orientation qui a repoussé les avances sexuelles, ah oui, elle a revisité son consentement...

Et celle de 15ans, mineure qui a accepté des relations sexuelles avec Ramadan, bien sûr, elle était absolument consentante, et elle a revisité son consentement...Non, elle s'est rappelé, la séduction Ramadan réussie, ce qui s'est passé après le porte de la voiture, ou de la chambre fermées...

Bizarrement, le seul cycle d'orientation dans lequel un acte pénal présumé contre une mineure sexuelle a été commis par Tarik Ramandan n'est pas dans le collimateur de l'enquête du DIP. Beau courage, le même qu'il y a 25 ans, quand malgré les dénonciations aucune enquête n'avait été diligentée.

A l'époque, il avait suffit que le gourou islamiste nie tout en bloc, pour qu'aucune enquête ne soit entreprise. Quel lâcheté, quel mépris pour les adolescentes!

Bon an, mal an, la diva du barreau, défenseur de Tarik Ramadan, ce jour dans la julie, plaisante et s'amuse. C'est très drôle en effet pour de très jeunes femmes, pour des adolescentes de se rappeler des traumatismes vécus dans leurs jeunes années...

Pour l'égalité des armes, il aimerait connaitre les identités des plaignantes. Pour les attaquer en calomnie et diffamation. Avec Olivier Jornot le PG, il pourrait gagner. Tu ne les auras jamais mon coco...

Et fais bien attention si le vent tourne à la bise dans la Genève historique des révolutions!

Pierre  Pittet.

 

04:50 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Si l'on veut que la lumière soit vraiment faite sur les agissements de l'enseignant Tariq Ramadan à Genève et sur les soupçons de dysfonctionnements qui pèsent sur le DIP, la seule solution satisfaisante serait que l'enquête "externe" et "indépendante" soit assumée par le Grand Conseil, dont l'une des tâches essentielles consiste à surveiller la gestion du Conseil d'État et de ses Départements.

Seule une enquête diligentée par une commission parlementaire disposerait des moyens d'investigation nécessaires permettant de faire toute la lumière sur cette affaire.

Que le Grand Conseil se saisisse de l'affaire et instaure une Commission d'enquête parlementaire ad hoc, tel est précisément l'objectif de la pétition lancée il y a quelques jours sur https://www.change.org/p/grand-conseil-de-la-république-et-canton-de-genève-pour-l-instauration-d-une-commission-d-enquête-parlementaire-dans-l-affaire-tariq-ramadan.
Une pétition qui a déjà recueilli 117 signatures et que j'invite chacun à signer.

Écrit par : Mario Jelmini | 17/03/2018

J'ai plutôt la nausée en entendant les récits de ce que ces femmes ont subi, mais celles de (Telford) en Angleterre qui ont aussi subi ce type de violences, personne n'en parle, surtout pas à gauche!

Écrit par : Dominique Degoumois | 19/03/2018

Les commentaires sont fermés.