21/12/2016

DAGUN L'UNIVERSITAIRE MODELE EMPRISONNE POUR L'EXPULSION.

L'ODM RACISTE A LA MANEUVRE.

Ce n'est pas la première fois. En 2006, l'ODM,l'office des migrations, vraisemblablement sur les ordres du raciste Blocher supprimait le statut de réfugié du dissident anti-Moubarak Mohamed El Ghanam, docteur en Droit, qui en savait trop sur les oligarques milliardaires blanchisseurs corrompus qui avaient pignon sur rue à Genève ou à Zurich. Calomnié comme soit-disant appelant Al Quaida  à attaquer la Suisse,sur la base de faux mails, il a croupi à Champ-Dollon pendant 7 ans d'une manière ignoble et injuste. Il a été sorti grâce à un combat juridique et médiatique  entre 2011 et 2013 de notre association CJP,citoyens-ennes pour la Justice publique.

 


Dagun, jeune Tchétchène musulman et indépendantiste a suivi sa mère enfuie du pays.  Agente de voyage indépendante, elle avait aidé des indépendantistes à fuir le régime de Kadyrov, le tyran poutinien de la Tchéchènie. Menaces, cambriolages, vols et agressions par les sbires du régime ont été les conséquences de son acte de solidarité. C'est dans le dossier refusé par l'ODM.

Elle n'a pas de chance, Dagun est un élève modèle qui étudie d'abord au collège du soir et ensuite les lettres  à l'Université bastions. Etudiant très travailleur et brillant, il est a bout touchant pour ses examens de bachelor, en langues. L'argument mensonger d'exciter le terrorisme islamique  qui a marché pour faire enfermer le docteur en Droit El Ghanam ne marche pas. Cela aurait pu. Un Tchétchène fanatique qui appelait au Djihad en France a été expulsé avec raison semble-t-il.

Alors il faut trouver un argument: tenez-vous bien concernant l'argument pour l'expulsion de l'étudiant, dont la mère avait demandé le statut de réfugié: IL N'Y A PAS DE LIEN TEMPOREL ENTRE LA PERSECUTION ET LA FUITE.

En gros, cela veut dire: ils ont fui mais assez tard compte tenu de la date des persécutions. Parce qu'il est facile de fuir de Tchétchénie peut-être, quand on vous a volé tous vos biens?  Quand on est dans le collimateur de Kadyrov et donc de son protecteur Poutine? Et on peut se sentir en sécurité en recherchant un travail à Moscou au lieu de venir à Genève?

Il n'y a que l'irrationalité raciste pour agréer pareilles inepties et stupidités.

Il y a un peu plus de 100ans les réfugiés politiques russes fuyant le régime tsariste dont le régime poutinien n'a pas grand- chose à envier trouvaient refuge dans la ville du refuge, la République de Genève. Ils pouvaient se réunir librement, étudier à l'université, sans être inquiétés par la police qui les surveillait discrètement, pourvu qu'ils ne troublent pas l'ordre public. Ils étaient le plus souvent assez pauvres, pour une bonne partie des révolutionnaires et même Lénine n'a pas été inquiété et a pu étudier tranquillement à la bibliothèque de l'université.

Plus de 100 ans après et une bonne décadence de morale civique plus tard, dans un régime suisse dominé par l'argent si vous êtes Tchétchène, cela ne suffit pas d'être jeune, travailleur, intégré parlant bien le français, aimé de tous, fuyant un régime fasciste, en danger de mort si vous êtes refoulé.

En tant que Tchétchène, si vous voulez être accueilli à bras ouvert par les Autorités suisses ou cantonales, il faut du fric, beaucoup de fric, même si c'est pour le blanchir. Pas de problème. Il y a ensuite assez d'avocats d'affaires prêts à se faire acheter pour vous défendre jusqu'à la prescription.

L'homme d'affaire tchétchène Bulat Chagaev, arrive à peu près au même moment en Suisse que Dagun. Avec ses millions à blanchir il est accueilli comme un sauveur à Neuchâtel: il met dans le pot  1,2 millions d'euros en achetant les actions de Xamax. Pas de problème pour le permis de séjour, pour l'achat d'une villa.

Quelque gestion déloyale et fautive, tentative d'escroquerie de faux dans les titres plus tard avec 20 millions de pertes sèches, il fait juste 4 mois de prison. Et on le laisse partir. Libre comme l'air. On ne sait même plus où il a passé.

Pas de pitié pour le Tchétchène pauvre à Genève, même s'il est travailleur, méritant, brillant étudiant. C'est l'oligarchie de l'argent et ses complices qui domine tous les rouages du pouvoir en Suisse, y compris dans la justice.

 Dagun est arrêté au saut du lit le 2 décembre par les sbires de Pierre Maudet qui sans aucun esprit critique obéit comme un bon petit soldat  aux ordres du SEM, le Secrétariat d'Etat aux migrations. Ils le jettent en prison à Frambois comme un criminel en attendant un vol spécial organisé évidemment pendant les vacances entre Noël et Nouvel-An.

Moscou simple course, où il va vraisemblablement se faire cueillir et enfermer en prison, pourquoi pas tabassé et torturé, puisqu'il a osé défendre publiquement l'indépendance de son pays, de son peuple et de sa langue. Cela ne passe pas dans la Russie nationaliste de Poutine.

 A l'université, la bonne nouvelle, c'est l'insurrection des consciences avec la solidarité des associations étudiantes qui ont alerté le rectorat  et les médias avec beaucoup d'efficacité. Ce sont même les jeunes femmes, camarades de l'étudiant en lettres qui semblent les plus courageuses, et les plus déterminées.

Hier à midi, 150 personnes se sont réunies dans le hall de l'université Uni-Bastions pour témoigner de leur soutien à l'étudiant emprisonné. Il n'était pas là pour fêter ses 25 printemps, mais les bougies si, pour un peu de tremblante lumière. Une pétition née d'une initiative citoyenne circule sur internet qui a recueilli à l'heure qu'il est près de 5000 signatures.

Le rectorat est solidaire des associations étudiantes: un étudiant universitaire emprisonné pour être expulsé, c'est une première historique  à Genève, d'autant qu'il s'agit d'un étudiant particulièrement méritant malgré un situation économique et familiale très difficile. La vice-rectrice s'est même exprimée au mégaphone: " il s'est mis en danger par une pensée critique. C'est justement ce que nous cherchons à développer chez nos étudiants".

Si malgré la résistance rationnelle et raisonnable de la société civile, de l'université et de ses associations étudiantes, de deux Conseillers et Conseillères d'Etat moraux, du parti des Verts, pour faire bénéficier Dagun d'un permis humanitaire d'étudiant, le Conseiller d'Etat Pierre Maudet profite des vacances de Noël pour remettre dans les mains de la police poutinienne moscovite le jeune étudiant indépendantiste, les citoyens et citoyennes genevois devront en tirer une conclusion: le fascisme raciste qui a pullulé dès le début des années 1930 du siècle dernier en Suisse est de retour.

Je ne vois pas de différence de fond entre le renvoi de Suisse d'un juif dans l'Allemagne nationaliste de Hitler (alors que peu de gens encore connaissaient les camps d'extermination)  et le renvoi d'un musulman tchétchène dans la Russie nationaliste de Poutine. Pas de différence de fond. Avec des dangers mortels.

Le racisme aveugle, car il s'agit dans le cas de Dagun d'un racisme aveugle stupide et potentiellement criminel a changé, car nous avons changé d'époque avec la mondialisation: le racisme anti-musulman a pris la place du racisme anti-juif.

Dans la même ambiance de crise économique et sociale, crise des pauvretés et inégalités, au sujet desquelles, selon les égoïstes, les lâches et les incapables au pouvoir économique et politique, il faut trouver des diversions, il faut trouver des boucs émissaires.

                                                                         Pierre Pittet.

 

 

 

03:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.