27/11/2016

VOTATION PLAINE DE PLAINPALAIS.

L'ETHIQUE ET L'HONNÊTETE A LA POUBELLE!

Les citoyens et citoyennes, les élus-ues de la Ville de Genève qui ont protesté et milité pendant la campagne de votation contre le pillage de l'argent public, les mensonges et les manipulations concernant la soit- disant dangerosité subite des marronniers ancestraux, l'impossibilité technique de transplanter certains gros sujets n'ont pas fait le poids contre les lobbies de la construction et leurs complices en haut de la hiérarchie des Services de la construction et des espaces verts de la Ville de Genève et de l'Etat de Genève.

Sans compter un exécutif de la Ville ignorant tout du patrimoine arboricole genevois mais fanatique du projet qui a méprisé les représentants du peuple souverain, les conseillers-ères municipaux qui ont pourtant voté à la quasi unanimité deux motions pour d'une part exiger une contre-expertise d'un expert reconnu pour sa neutralité,son objectivité et son sérieux venant de l'extérieur de Genève,concernant la santé et l'espérance de vie des  marronniers survivants et d'autre part concernant les risques des transplantations pour la vie de ceux-ci : il y a des centaines de milliers de francs d'argent public qui sont en jeu pour les transplantations des marronniers au stade du Bout du Monde.

La contre-expertise d'un expert qui ne soit pas comme celui du cabinet des artisans de l'arbre de Vernier captif des mandats de la Ville de Genève à la botte de Rémi Pagani et du projet comme évidemment les expertises de l'Etat et du SEVE. Rémi Pagani et Guillaume Barazzone ont balayé la demande d'un revers de main. Deni de démocratie!

Les référendaires ont dû compter sur leurs propres moyens financiers limités alors que Rémi Pagani, sous prétexte d'information au public a mené une campagne onéreuse pour le projet avec l'argent du contribuable avec des panneaux imposants  prétendant par exemple que des entreprises spécialisées avaient assuré que les transplantations étaient possibles: mensonge et manipulation, aucune trace écrite et la preuve en est que dans le contrat d'entreprise de la Ville de Genève, aucune garantie de reprise des arbres n'est exigée de la part des entreprises.

Irresponsabilité totale puisque quand les arbres auront  le plus probablement crevé dans un an ou deux au stade du Bout du Monde personne ne sera responsable et des centaines de milliers de frs d'argent public auront été gaspillé sans possibilité de les récupérer par la justice. 

Les référendaires qui voulaient éclairer les votants sur les zones d'ombre du projet ont perdu une bataille. Ils n'ont pas réussi à faire passer des arguments vraiment convaincants dans les grands médias. Les arguments,les films chocs ont passé dans facebook mais cela n'a pas été suffisant. Car les anciens votent plus et ils n'ont pas facebook pour la plupart.

 

Lire la suite

23:25 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook