04/10/2016

ARBRES DE PLAINPALAIS: POUR EN FINIR AVEC LES MARRONNIERS

LES TUER PAR LA SOIF!   

Le site du mail de Plainpalais en losange, unique, planté majoritaire- ment de marronniers, arbres  majestueux et remarquables,fournissant un bel ombrage, beau vert avant la canicule persistante, dont certains sont peut-être centenaires, héberge aussi d’autres essences qui lui donnent son charme et son ampleur.

Le projet initial pour moderniser les lieux prévoyait de les abattre tous sans respect pour le site et le paysage. Craignant un référendum, Rémi Pagani, le conseiller administratif de la ville de Genève en charge du dossier a alors fait voter un projet de compromis à base de transplantations plutôt que d'abattages. Tous les partis ont dit oui!

Mais certains le regrettent maintenant comme le parti socialiste et le MCG qui ont décidé récemment de soutenir le référendum. Les Verts doivent encore se décider sur la base d'expertises. Les affairistes PLR sont pour le projet  Pagani alors que d'autre part, ils n'aiment pas le gaspillage d'argent public. Allez comprendre!


 Sur la plaine de Plainpalais,  la Ville de Genève fait sa pub pour vanter son projet, contre l'association de la défense des Arbres et des Allées de la plaine de Plainpalais qui a forcé celle-ci à organiser un référendum pour lequel elle a réussi à récolter plus de 8000 signatures au lieu des 4000 nécessaires. La Ville promet le paradis à Plainpalais. Sur un panneau elle assène que des entreprises spécialisées ont assuré que les transplantations des arbres étaient possibles.

Sauf que, et je tiens cela de source très informée, Rémi Pagani n'a pas réussi à produire la moindre expertise écrite et signée d'une seule entreprise qui assurerait les transplantations avec la reprise des arbres après les replantations.

Comprenant peut-être que le projet de compromis voté par le conseil municipal en janvier 2016, avec des transplantations massives était bidon à cause de mauvaises informations qui lui avaient été données par " un dendrologue", parce que parmi les 54 arbres à transplanter, peut-être le 10% pouvait reprendre et les autres trop gros pour cela,  Rémi Pagani qui veut terminer « son grand œuvre »a changé son fusil d’épaule. Il y avait  seulement 6 arbres malades à abattre en janvier dans son plan  alternatif côté  avenue Henry Dunant. Désormais, il y en aura des dizaines!

 Très bizarrement, le jeudi du jeûne genevois un marronnier s'abat lourdement sur le sol, qui soit disant selon l’expert attitré ne tenait que par la force de son poids! Merci pour la sécurité du public !

Le lendemain,dans la précipitation, avec des expertises à l’œil,17arbres soit disant dangereux sont abattus. dont 12 dans les espaces du projet alternatif et même pas parmi les 6  qui avaient été considérés comme malades à abattre dans le projet de janvier! Parmi les 12, 9 arbres bons à être transplantés en janvier ont été abattus le 9 septembre comme étant dangereux. Complètement erratique!

En fait cela ressemble étrangement à un abattage massif pour dégager le terrain pour les futurs travaux, exactement dans le champ de la continuation des petits arbres déjà plantés avec leur arrosage automatique en face du Rond Point de Plainpalais.

marronnier_assoiffe.jpgLe premier abattu sans pitié est un grand arbre rare : le peuplier blanc, avait juste quelques pointes sèches,il prospérait mal évidemment  vu ses mauvaises conditions de vie, mauvaise protection du tronc et des racines,pas d'arrosage, mais il n'était en tout cas pas en danger immédiat de tomber comme le marronnier. Le tronc scié était en bon état. Mais il n’était pas dans la bonne ligne du futur plan!

La photo montre un jeune marronnier  assoiffé, que la direction du SEVE laisse volontairement crever -vive le réchauffement climatique- avec dans le fond de nouveaux petits arbres du projet déjà plantés et eux bien arrosés et beau vert.  Le tour est joué, le peuple n’y verra que du feu ! Il pensera que l'arbre est malade, alors qu'avec les autres jeunes marronniers, ils ont tous été abandonnés sans soins et sans eau pendant plus de 60 jours de quasi sécheresse à Genève et  comme cela depuis plusieurs années, chaque été !

Une manière commode quand ils sont presque secs de dire qu'ils sont dangereux et qu'il faut les abattre et qu'en effet 17 sont abattus en plein pont du Jeûne genevois!

La voix du peuple,la démocratie,les 8000 signatures du référendum c'est quoi cette histoire ? Nous, c’est le commerce. Les abattages, les nouvelles plantations c'est bon pour le commerce, voyons! En plus avec de l'argent public, c'est parfait!

Pierre Pittet.

 

 

02:39 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Effectivement... on ne voit jamais ou très rarement d'unités d'arrosage... sur la Plaine ou ailleurs... c'est bien gaspiller les deniers publics les arbres sont chers et précieux... ne pas les soigner est une aberration.

Écrit par : alma | 04/10/2016

Les commentaires sont fermés.