22/04/2016

LE LANCEUR D'ALERTE HONNETE CONTRE LE PRESUME COMPLICE DES ESCROCS.

LE JUGE DANIEL DEVAUD CONTRE LE PG JORNOT

Le Procureur Général Jornot s'y connaît en diversion: voyant son clan PLR de Veyrier dans la difficulté suite à l'Audit de la Cour des Comptes mené par le Juge concernant une escroquerie présumée à l'argent public de plus d'un million ( affaire FPLC-RESA) il a attaqué celui-ci pour violation de secret de fonction pour avoir transmis l'audit au Grand Conseil, dénonçant des disfonctionnements de la Cour des Comptes l'empêchant de faire son travail et transmettant l'audit bloqué.

Or, le Parlement est la Haute Autorité de surveillance de la Cour des Comptes: il était donc normal qu'en cas de conflit il communique avec les responsables du Grand Conseil. Jornot s'enferre jusqu'à ce qu'il perde et il perd souvent, de plus en plus souvent...


Une bonne partie de la droite d'affaires est solidaire avec ses escrocs à l'argent public, qui est son sport cantonal depuis le scandale de la Banque Cantonale Genevoise,( perte 2,3 milliards) l'escroquerie du 25 rue du Stand, dans laquelle la Ville de Genève s'est faite voler 10 millions, affaire classée par l'avocat d'affaire PLR Daniel Zappelli, le Procureur général qui a du dégager par la suite!

En effet, Stéphane Geiger  un des trois membres de la Cour des Comptes avait claironné qu'il ferait un croche-patte au dossier. Il avait attaqué physiquement le Juge en lui jetant un seau d'eau. L'affaire aurait pu en rester là, puisque les deux protagonistes envoyés par Jornot devant le Tribunal de police avaient trouvé un accord à l'amiable. Pourtant, violemment attaqué, Daniel Devaud qui avait appelé le 117 avait vu débouler Jornot avec son premier procureur- au lieu de la police pour un constat- pour poser des scellés sur ses dossiers durant de longs mois!

Mais Jornot s'entête et condamne par voie d'ordonnance pénale à nonante jours-amende, à 5000 frs d'amende ,plus 2640 francs de frais de justice le lanceur d'alerte pour violation de son devoir de réserve.

Evidemment celui-ci a fait recours, défendu par Me Ferrazino et au Tribunal de Police vendredi dernier les coups ont volé: l'avocat définissant le Juge Devaud adepte de la transparence,  comme étant attaqué par l'homme du secret. Selon le journal le Courrier du 20 avril, le PG n'a guère goûté cette attaque frontale.

Et pourtant l'attaque est gentille, car connaissant les pratiques immobilières de l'escroquerie, je traite le borderline, le dévergondé du cabaret qui a choqué ses collègues procureures, qui viole la loi sur l'organisation de la Justice, qui a négocié une bricole financière ( 40 millions¨) avec la banque criminelle HSBC pour notre canton pour  éviter à celle-ci un procès pénal (avec une récompense à la clé ?la question est posée, uniquement la question évidemment ce n'est pas une accusation), je traite le dit Olivier Jornot de présumé complice d'escrocs pour les faits suivants qui sont tous publics. Lisez-plutôt!

C'est la droite d'affaires, le clan PLR de Veyrier qui a mis la main sur deux entités: La FPLC (Fondation pour le logement bon marché et coopératif) dont l'architecte Florian Barro PLR est président du Conseil.

La RISA, rente immobilière SA ( Ah les rentes! ) ex-propriété du sulfureux spéculateur immobilier Carlo Lavizzari, atterrie dans la FONVAL( fondation qui a accueilli les biens immobiliers pourris de la BCG)  n'avait que deux administrateurs dont Philippe Prost, conseiller municipal du clan PLR de Veyrier,  proche d'Olivier Jornot, un ex PLR également du Conseil municipal.

Début 2012, la FPLC, via la RISA veut réaliser 70 logements dont seulement 25 % de LUP, logements d'utilité publique et le reste en propriété par étage PPE, qui rapportent beaucoup plus aux promoteurs, et au bout de 10ans ( revente bloquée pendant 10ans) pour les spéculateurs.

Le juge Devaud intrigé par la violation de la vocation de la FPLC, entité à but social pour fournir des logements bon marché aux Genevois décide une enquête et ce qu'il découvre le sidère.

La FPLC avait racheté en 2008 93% de la RISA pour 21 millions à la Fonval( Fondation de valorisation) entité ayant accueilli les crédits hypothécaires pourris de la BCG pour les vendre au meilleur prix, afin que les citoyens et tous les contribuables perdent le moins possible dans le clash de la BCG. On peut donc penser que le prix de 21 millions correspondait au prix du marché en 2008. Et là, c’est la surprise.

Le juge découvre qu’en 2011, la FPLC avait racheté 2660 actions soit le 2% de l’ensemble auprès de 8 actionnaires minoritaires privés pour un prix qui paraissait stratosphérique.

 En effet, si en 2008, les 93% des actions valent 21 millions lors d’un achat correct, 1% correspond à 225.800 frs et 2% à 451.600 frs. Rajoutons 10% environ du prix sur 4 ans, pour une fondation qui n’a pas pour but de faire du profit mais de construire des logements bon marché et à usage coopératif et nous arrivons à 500.000 frs env.

Or, elles ont été achetées au moins 1 million de frs de trop. C’est ce qui ressort en tous cas de ce qui a pu émerger comme information dans la presse genevoise. C'est ce qui s'appelle une escroquerie présumée à l'argent public et on imagine aisément que les 8 actionnaires privés( vraisemblablement des proches de Lavizzari) dont les noms n'ont pas été cités à ma connaissance dans les médias en 2014, on peut imaginer sans effort que ces actionnaires ont dû partager équitablement le pactole en plus avec le ou les complices du FPLC.

Voilà un exemple typique qui explique qu'avec la FONVAL. après une décennie  de hausses immobilières il a manqué à la revente 2 milliards 300 millions d'argent volé aux contribuables qui ont dû payer pour renflouer la BCG ( faillites frauduleuses, argent évaporé de Genève, escroquerie à l'argent public). 

Comment Olivier Jornot excuse-t-il le prix payé par la FPLC ?  Tenez-vous bien. Vendredi dernier, devant les juges du Tribunal de Police, toujours selon le journal le Courrier. il a déclaré que le surcoût substantiel se justifiait pleinement car permettant une prise de contrôle totale et une intégration de ce portefeuille immobilier au sein de la FPLC!

Alors qu'elle était déjà ultramajoritaire avec 93 %, en quoi la FPLC pouvait être gênée dans ses investissements et sa gestion par le malheureux 2 % dont étaient encore propriétaires 8 actionnaires privés. Olivier Jornot prend les contribuables genevois pour des imbéciles!

Ces actions devaient être achetées au prix du marché soit plus d'une million moins cher, selon mes informations de l'époque. Il est parlé aussi d'une plus-value de 70%. Alors que les experts immobiliers indépendants et honnêtes(un collège d'experts devait intervenir à la Fonval )qui estiment un bien arrivent tous au même prix à 10%-15% près concernant le prix du marché à un moment précis, 70% c'est exclu !Il y a mécaniquement une escroquerie quand il s'agit d'argent public. Aucune excuse ne tient!

Le PG aurait dû, s'il était honnête ouvrir une enquête pénale pour faire toute la lumière. Mais contre ses potes PLR de Veyrier, c'était beaucoup trop lui demander. C'est beaucoup plus facile de diffamer, de calomnier, un innocent ! Beaucoup plus facile d'attaquer le lanceur d'alerte.

Pour arriver à une négociation commerciale  correcte quand il s'agit d'un bien public, il faut donc des négociateurs honnêtes qui défendent l'argent public et pas des crapules civiques privées qui s'en foutent plein les poches et qui savent déjà qu'ils seront défendus par leur procureur général, avocat d'affaires PLR comme eux. C'est ce qui se passe aujourd'hui. Le personnage qui a le plus de pouvoir dans la République se sent dans l'impunité totale. Quiconque veut porter plainte contre lui doit le dénoncer au Conseil supérieur de la magistrature.

Et tenez-vous bien. Qui trouvez-vous là? Un cupide avocat, beau parleur, de l'ultradroite, complice de criminels financiers puisqu'en créant leurs dizaines de sociétés offshore- ce que nous enseignent les Panama papers- il était bien obligé de commettre des faux dans les titres de manière à ce que les véritables propriétaires soient cachés. Ce qui est évidemment hyper-pénal! Et tous les mensonges médiatiques du Sieur Marc Bonnant n'y pourront rien changer! La main dans le sac! Les sociétés offshore ne sont légales que pour l'argent fiscalisé, pas pour l'argent du blanchiment criminel!

GENEVE DEBOUT ! LEVE-TOI POUR TE DEBARRASSER DE  TES CRAPULES  AU POUVOIR ! CELA NE TIENT QU'A TOI!  PEUPLE DE GENEVE, PEUPLE SOUVERAIN !

Pierre Pittet, Président de l'Association Citoyens-Citoyennes pour la Justice publique.

 

 

11:27 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.