05/02/2016

OLIVIER JORNOT: UN CYNIQUE AU-DESSUS DES LOIS!

Il y a quelques années, le député avocat d'affaires PLR Olivier Jornot avait manipulé tout le parlement en faisant disparaitre la publicité des transactions immobilières dans la feuille d'avis officielle dans le nouveau code civil fédéral, qu'il avait élaboré avec son compère Mauro Poggia. Tous les détails des alinéas ayant été votés en bloc, personne n'avait réalisé la perte de l'article et le peuple genevois se retrouvait dans l'opacité concernant les multiples transactions immobilières, relevant de blanchiment de fraude fiscale par exemple ou d' une escroquerie comme celle du 25 rue du Stand, classée évidemment par le clan des avocats d'affaire PLR au Parquet, Zappelli en tête comme PG. Celle-ci avait été révélée grâce à la FAO! Septembre 2004 Achat 25 rue du Stand par la banque UBP 16 millions. Vente à la Ville de Genève décembre 2004, trois mois plus tard 30 millions!

Alerté par un court article de la TdG, la CJP a dénoncé à Léman Bleu la magouille de Jornot par l'intermédiaire de Laurent Tettamanti, vice-président de la CJP et le lendemain branle-bas au parlement. L'avocat de l'Asloca Dandres avec d'autres ont travaillé pour refaire voter une loi qui a très bien passé, rétablissant la transparence des transactions immobilières dans la feuille d'avis officielle.


C'est peut-être grâce à cette transparence retrouvée contre sa volonté, qu' Olivier Jornot, dans sa nouvelle peau de procureur général risque d''être inquiété sérieusement. Il savait bien pourquoi avec son clan d'avocats d'affaires PLR, les Luscher et consorts, il voulait l'opacité pour le peuple genevois! Sans la transparence retrouvée dans la FAO, par exemple, le nouveau scandale qui ébranle le parquet genevois aurait été caché à la population!

En effet, Robert Habel, un courageux journaliste de l'illustré, a découvert dans la FAO du 4 décembre 2015 que Olivier Jornot chez son petit copain Benedict Hentsh, le surdoué du Conseil d'administration de Swissair en faillite, dans les lofts de Pic Pic, a acheté un appartement de luxe pour lui et un avec sa concubine, la procureure Rita Sethi-Karam, la "Madame Jornot" intouchable du Palais de Justice. Pour un peu plus de 5 millions de CHF les deux appartements: une bagatelle!

Sauf que la Loi sur l'organisation judiciaire ( LOJ)  rédigée par le même député Jornot, selon l'article de la TdG de ce jour, nous dit: article 9 incompatibilités à raison de la personne. 1 Ne peuvent être simultanément membres d'une même juridiction a) les conjoints, les partenaires enregistres et les personnes qui font durablement ménage commun.

Elu du peuple et politicien aguerri, Olivier Jornot avait prévu le coup de la violation possible de la loi en informant déjà ce printemps, le CSM, le Conseil supérieur de la magistrature, chargé de la surveillance des juges et des procureurs, où il retrouve ses amis libéraux dont l'avocat Marc Bonnant, le bouffon sophiste de la République. Il n'a rien trouvé à redire à sa relation à partir du moment qu'ils ne faisaient pas ménage commun. Lyrique, il déclare aujourd'hui aux journalistes de la TdG." le fait que le procureur général aime les femmes est infiniment rassurant, un signe de vitalité, d'équilibre." N'importe quoi! 

Or, s'ils  aménagent dans le même immeuble, même dans deux appartements différents, dont un acheté en commun, même s'ils ne vivent pas constamment ensemble c'est évidemment qu'ils font ménage commun, avec des risques de collusion concernant des dossiers communs: Olivier Jornot comme procureur général et Rita Sethi-Karam comme procureure sous ses ordres. Que deviennent l'indépendance des procureurs, l'indépendance de la justice dans ce cas? Elles risquent d'être violées évidemment! 

L'avocat Robert Assaël, y va aussi de sa sophistique : " L'achat de deux appartements est la démonstration qu'il n'y a pas ménage commun au sens de la loi, qui est ainsi respectée." Non Monsieur, quand on achète deux appartements pour vivre dans le même immeuble, cela ne prouve pas que les concubins ne vivent pas ensemble quand bon leur semble, d'autant qu'un appartement a été acheté ensemble, pour graver l'union dans la pierre et dans la durée!  Vous prenez les citoyens et les citoyennes de Genève pour des imbéciles!

Ils, elles ont besoin d'un procureur général élu du peuple intègre et impartial, qui sait faire la différence entre le vrai et le faux et pas d'un magouilleur  qui se croit au-dessus des lois  par le pouvoir de sa fonction.

Pierre Pittet, Président de la CJP association Citoyens-Citoyennes pour la Justice publique.

01:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.