30/07/2014

ISRAEL: LE MENSONGE AU SERVICE DU CRIME.

LES VERITES QU'ON VOUS CACHE!

Le journaliste Christian Sievers, correspondant de la chaîne de télévision publique  allemande  ZDF en Israël, a réalisé une enquête minutieuse sur le meurtre des trois jeunes Israéliens d'une colonie proche de Hébron. Elle  a provoqué la décision  de Benjamin Netanyahu d'accuser le Hamas et d'entreprendre l'arrestation de ses cadres ce qui a provoqué le lancement des roquettes de la part du mouvement jihadiste islamiste et la guerre israélienne contre Gaza. Ses conclusions sont édifiantes.


Sur un moteur de recherche, il est possible de constater que seuls les sites internet indépendants ont relayé l'information, et font passer le reportage, ce qui en dit long sur l'ignorance dans laquelle tiennent les populations civiles occidentales les grands médias privés, journaux ou chaines de télévision de l'oligarchie d'argent occidentale, ou même la plupart des médias publiques.

 

gaza1.jpg

Le rapport révèle que le kidnapping des trois jeunes auto-stoppeurs, n'avait pas d'agenda politique, qu'il a été le fait de délinquants qui voulaient obtenir une rançon des parents des jeunes auto-stoppeurs. L'affaire se serait mal terminée car un des jeunes a téléphoné à la police d'urgence pour la prévenir de leurs mésaventures. Vraisemblablement paniqués, les mafieux dont on ne sait pas même s'ils sont palestiniens ou israéliens, ont ouvert le feu. La voiture a été retrouvée pleine de sang. Selon l'enquête de Christian Sievers, le service de sécurité israélien était au courant de tous les détails de l'appel passé par un des adolescents durant leur séquestration mais a été obligé par le premier ministre Netanyahou à cacher cette information afin que l'assassinat puisse être utilisé comme prétexte pour débuter une nouvelle offensive contre Gaza.

Selon un correspondant de la BBC en Israël qui cite la police israélienne, les kidnappeurs du 12 juin appartiendraient à une cellule autonome du Hamas qui n'opérerait pas sous son contrôle. De toute manière, ce qui ressort c'est que le kidnapping qui a mal tourné avec trois jeunes morts côté israélien  n'est pas le fait du Hamas qui n'avait aucun intérêt dans ces assassinats. Pourtant Netanyahou  l'accuse de ces crimes. Il y a bien pire, car il fallait aussi faire passer la haine dans l'opinion publique israélienne manipulée et instrumentalisée.

Les trois jeunes israéliens ont été enlevés le 12 juin dernier, mais ils n'ont été retrouvés morts que le 30 juin. Les services de sécurité  intérieure savaient depuis le début que les trois adolescent enlevés étaient morts. Ils avaient reçu un enregistrement de l'appel téléphonique de la part de la police-secours, qui a passé dans l'émission de la  télévision publique allemande. D'abord l'appel au secours ensuite  la voix du policier, ensuite une voix qui demande d'arrêter l'appel téléphonique, ensuite des coups de feu d'armes automatiques avec silencieux. Sievers s'entretient aussi par la suite avec Raviv Drucker, journaliste connu de la Channel 10 de Tel Aviv, qui explique que les journalistes israéliens  sont obligés de travailler avec les services de sécurité qui lui ont interdit de relayer l'information. Alors une campagne nationale a été lancée avec le slogan: "bring back  our boys "pour faire croire à la population qu'il serait possible de faire plier les kidnappeurs afin qu'ils rendent les jeunes à leur famille.La campagne avait aussi pour but de toucher par le suspens et finalement par la " découverte des corps assassinés" l'opinion publique mondiale en faisant passer le Hamas pour le responsable des crimes.

Et après plus de deux semaines de suspens, on annonce à la population israélienne que les corps des jeunes ont été trouvés, mais morts. Deux semaines de préparation psychologique pour que l'attaque sur Gaza et ses conséquences mortelles puisse être acceptées par l'opinion publique. Deux semaines de manipulation. Entretemps, des délinquants israéliens avaient   brûlé vif  en l'aspergeant et/ou en lui faisant boire de l'essence un adolescent palestinien. Haines qui se développent de part et d'autre et le plan de destruction de toutes les infrastructures du Hamas militaires et civiles peut commencer.

 

gaza3.jpg


Résultats de cette guerre atroce  au 30 juillet: Plus de 1250 Palestiniens tués, dont une majorité de civils. Plus de 7000 blessés. Du côté israélien 53 soldats et 3 civils tués. Et la boucherie n'est pas terminée. Netanyahou prévient la population que la campagne va continuer jusqu'à la destruction complète de tous les souterrains du Hamas. Et nulle objectif civil n'est oublié. Destruction d'une centrale électrique privant Gaza d'un tiers de son électricité. Bombe dans une école de l'UNRWA, l'agence de l'ONU pour les réfugiés:  16 morts de civils qui s'étaient pourtant réfugiés là parce que l'armée israélienne les avait avertis que leur quartier risquait de subir des bombardements massifs.

 

gaza2.jpg

Depuis que le 23 avril, le Fatah et le Hamas ont annoncé la formation d'un gouvernement d'union, les dirigeants israéliens et leur armée cherchaient à tout prix  le prétexte pour mettre en oeuvre leur nouvelle action militaire punitive, bordure protectrice, pour détruire tous les postes de commandement militaires et civils du Hamas. Ils ont réussi à provoquer par un mensonge leur guerre, une punition collective du peuple palestinien à Gaza, avec des morts innocents et des souffrances indicibles avec comme argument: le Hamas doit cesser ses tirs de roquettes. Evidemment, le Hamas, a aussi ses criminels manipulateurs, comme dans toute guerre,.  qui méprisent les vies des civils palestiniens. Le Hamas tire aussi des milliers de roquettes pouvant toucher des civils israéliens.  Sauf que, comment leur donner tort sur toute la ligne, en les accusant de vouloir éradiquer  tous les Juifs de Palestine?

En 1948, les autochtones musulmans et arabes qui sont présents en Palestine depuis la conversion à l'Islam donc depuis le 7ème siècle de notre  ère comme du reste les Chrétiens depuis l'avènement du christianisme et les Juifs séfarades, issus des Hébreux historiques, ces autochtones ont été chassés de leurs terres et envahis pour laisser la place à des dizaines de milliers de juifs ashkénazes venant de partout dans le monde, mais surtout d'Europe du nord et de l'URSS, qui n'ont pas un millilitre de sang hébreu dans les veines.

Bien sûr la charte du Hamas, que j'ai lue en entier aujourd'hui sur le site de la CNRS n'est pas tendre avec les juifs, mais c'est la charte de résistance d'un peuple brimé qui s'accroche à sa foi,  colonisé et qui ne baissera les armes que lorsque ses exigences d'avoir un Etat, d'avoir une partie de Jérusalem pour capitale, d'avoir le droit au retour pour les réfugiés palestiniens chassés de leur terre qui le désireront seront satisfaites.

Du côté israélien l'escroquerie historique qui consiste à exiger que l'Etat d'Israël soit l'Etat d'un seul peuple, le peuple juif devra cesser.

En effet, l'Histoire nous enseigne que des peuples se sont convertis au judaïsme dans le passé, comme le peuple khazar dont l'empire, la Khazarie, s'est développé entre la Mer noire et la Mer caspienne, à l'Ouest de l'actuel Kazakhstan entre le 6ème et le 10ème siècle de notre ère. Il était nomade, animiste, avec une langue influencée par le turque,indo-européen  et donc non sémite, et son roi, son aristocratie s'étaient convertis pour des raisons géo-stratégiques, à la religion mosaïque, issue des traditions bibliques de l'ancien testament donc une des forme de la religion juive. Ses descendants sont les juifs ashkénazes  beaucoup plus nombreux qui les Juifs issus des Hébreux, les Juifs séfarades.

Et il y a aussi les juifs éthiopiens donc noirs, convertis à la religion juive par leur reine, la reine de Saba, séduite par la cour et les rites religieux du roi hébreux Salomon.

Chez les savants et historiens compétents et honnêtes, il y a un consensus pour reconnaitre les conversions du passé et que donc, il s'agit de peuples convertis au judaïsme et donc pas d'un seul peuple juif issu des Hébreux,qui en effet ont eu leur royaume pendant quelques siècles en Palestine depuis le royaume de David et de Salomon vers 1000 ans avant J-C. Ces vérités historiques relativisent la prétention de certains juifs israéliens qui n'ont pas un millilitre de sang hébreux à revendiquer toute la terre de Palestine. Etre juif, c'est donc adhérer à une culture religieuse ou pas. Ce n'est pas racial, puisque tous les juifs de sont pas des sémites, certains ont des origines indo-européennes comme les Occidentaux. Et ce n'est pas un peuple, mais plusieurs peuples. Il faudra bien que le gouvernement israélien, représentant des peuples qui habitent Israël accepte la Justice et l'Equité, plutôt que d'utiliser la force brutale, et les minorités fanatiques de l'autre bord chez les islamistes seront logiquement minorisées. Sinon, de nouveaux rapports de force mondiaux pourraient changer la donne!



Pierre Pittet


23:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.