25/03/2014

UNE JUSTICE D'EXTREME DROITE?

OLIVIER JORNOT EMPRISONNE SANS DELIT PENAL !

C'est unique en Europe. Aucun pays européen n'autorise à jeter en prison plusieurs mois un étranger simplement parce qu'il a été débouté du statut de réfugié politique et qu'il n'a plus d'autorisation provisoire de séjour. Qu'il est coincé sans un sou, et donc  ne peut  sortir de Suisse. Filés et contrôlés ( la couleur noire est très visible) deux à trois fois sans titre de séjour, et c'est la case prison. C'est la voie d'un nouvel anti-sémitisme avec d'autres proies,, du déni total de l'humanisme et du respect de l'être humain. Et surtout du viol des conventions que la Suisse a signées avec l'Union européenne, concernant la circulation des personnes dans l'espace Schengen.

Le subversif, l'ancien avocat d'extrême-droite du Parti Vigilance et cogneur de parking,lui, il le fait sans état d'âme.Car c'est vendeur politiquement et avant d'être un procureur général, Olivier Jornot est un stratège politique. Il flaire ce qui peut le faire gagner, peu importe si c'est immoral, voire illégal. Si ça passe, pas de problème! Mieux, la classe politique et judiciaire gauche sociale-démocrate et droite, extrême droite confondues, lui tresse des lauriers, à part quelques résistants comme le batonnier Me Canonica, comme l'indique l'article de la Tdg de ce jour.

Comme il a bien su remettre sur ses pieds le Parquet genevois, sinistré par l'avocat d'affaires de sinistre mémoire, Daniel Zappelli. Comme, il travaille dur, comme il sait se faire obéir! comme il est efficace et bon organisateur!

Face à lui se dresse un jeune avocat opportuniste et carriériste Me Pierre Bayenet, présenté par SolidaritéS. En 2011, notre association lui a amené une affaire en or, la défense d'un dissident égyptien anti-Moubarak. Or, il n'a jamais eu le courage de déposer des plaintes pénales en son nom car pour cela, il fallait attaquer l'Etat de Genève et l'Etat suisse. En effet, le dossier de l'Egyptien, qui en savait trop sur les clans oligarques égyptiens criminels, liés au clan Moubarak, et très présents en Suisse, son dossier est totalement vide. Et il a été détruit en prison, pendant 8ans de 2005 à fin 2013. Il croupit maintenant dans une unité pénitenciaire de l'hôpital psychiatrique de  Belle-Idée alors qu'il n'a commis aucun délit: il a été accusé faussement de tentative de meurtre et  d'appel à Al Quaida pour le venger en 2005. Des faux de la police secrète du milliardaire raciste Blocher, M. Von Daeniken, et un faux de la police de de Micheline Spoerri, le policier Mettraux qui a criminalisé El Ghanam pour le faire croupir en prison. A qui profite le crime?

Voilà: le procureur général d'extrême droite, Olivier Jornot a étouffé l'affaire du policier Mettraux en classant son dossier en mai 2013 comme il sait très bien le faire, car il est intelligent, et le défenseur du juriste égyptien l'avocat d'office Pierre Bayenet n'y a rien trouvé à redire. Il n'a pas même  eu le courage de faire opposition! C'est à vomir.

Et c'est lui que SolidaritéS nous propose comme candidat au poste de procureur général? Quelqu'un qui n'a pas le courage de défendre son client car il lui fallait attaquer l'Etat de Genève et l'Etat suisse, comment aura-il le courage de défendre l'Etat de Genève, les finances publiques, contre l'oligarchie d'argent criminelle genevoise qui pille les  finances publiques depuis au moins 30 ans.

Par exemple, les 2,3 milliards pillés à la BCG par les faillites frauduleuses, la corruption des agents bancaires.  Et zéro jour de prison pour tout le monde ou à peu près.L'escroquerie du 25 rue  Stand avec au moins 10 millions escroqués par le directeur du courtier transnational Colliers,  Lorenzo Pedrazzini  au profit du financier milliardaire  Edgar de Picciotto, qui a aussi trafiqué  avec Madoff pour 800 millions, faisant perdre 400 millions à ses clients. Affaire classée par le clan Zappelli évidemment, car il s'agit de super riches,et d'employeurs importants. Donc qui rapportent de l'argent dans les caisses de l'Etat. Donc, oublié le vol d'argent public par escroquerie. Immonde!Et toutes les affaires qui sont restées dans l'ombre.

Les valeurs de notre République,l'égalité de tous et de toutes devant la Loi, qui sont des valeurs de la Franc-Maçonnerie de la Lumière, de celle qui a fait gagner la révolution américaine, a fait gagner la révolution française a fait gagner la révolution radicale genevoise de 1847: pas de Progrès sans Justice sociale. Ces valeurs sont en train de s'effondrer!

Comme la République romaine au temps de Caton et de Cicéron, notre République est en train de voir s'effondrer ses valeurs spirituelles et morales, République qui avait été édifiée au début du XVIème par le chrétien et protestant français Jean Calvin. S'effondrer à cause de quoi? La corruption des valeurs vitales de la civilisation par l'argent facile, l'égoïsme, l'individualisme, la lâcheté, l'oubli du Bien commun et de la Volonté générale sans lesquels il n'y a pas de République forte et capable de se défendre contre les prédateurs.

Dès les années  70, après la guerre du Kipour qui a vu sextupler les prix du pétrole, Genève a été envahie par les milliards des dictatures du golfe, et par l'argent facile. Elle ne s'en est jamais remise, et c'est de pire en pire. Les blanchiments de fraudes fiscales et de la corruption par milliards, les blanchiments immobiliers, les blanchiments dans l'Art, jusqu'à la nausée.


Pour montrer notre désaccord avec la mascarade que constitue l'élection du procureur général du 13 avril, nous association appelle au boycott par les citoyens et citoyennes de cette élection car aucun des deux candidats à nos yeux et sur la base de dossiers sérieux et argumentés ne possède le courage civique, la moralité, le désintéressement pour sauver la Justice à Genève, la Justice comme équité.Il n'y a donc  pour nous que cette solution logique et honnête, le boycott en attendant qu'une nouvelle personnalité à la hauteur émerge. En attendant aussi que Genève soit prête pour une nouvelle révolution citoyenne, avec un nouveau modèle économico-politico-juridique, comme avec Jean Calvin vers 1536, comme en 1792, Genève inspirée par la France, ou comme en 1847, avec James Fazy. Chaque fois les classes dominantes et corrompues ont dû dégager. Il faut espérer que Genève trouve dans l'exemple de son passé et dans son sang neuf, le nouveau sang venu d'ailleurs comme tout le temps dans l'histoire de notre cité, le courage d'un changement radical qui s'appellera: révolution citoyenne. La révolution cela veut dire, le retour aux valeurs fondamentales pour un nouveau cycle, en combattant civiquement pour qu'il soit meilleur dans le long terme que celui qui s'effondre.



Pierre Pittet, Président de l'association CJP Citoyens Citoyennes pour la Justice publique.



23:05 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02/03/2014

UKRAINE: LES RACINES DU MAL!

Tensions  géopolitiques maximales en Crimée.

L'Ukraine veut dire la limite. La limite c'est le Dniepr, ce long fleuve qui partage l'Ukraine en deux. L'Ukraine historique, la  Kiev Russ est le berceau de la Russie,avant Moscou, vers le tournant le l'an 1000, c'est le centre de l'Ukraine actuelle avec ses vastes plaines de terre noire, fertiles et limoneuses.

Mais il y a l'autre Ukraine, c'est de l'Est, tournée vers la Russie, le Dombast, avec ses mines de fer et ses centres industriels de Donetz, et une autre Ukraine encore, celle de l'ouest, agricole et forestière avec les Carpates et Lviv, chrétienne uniate, nationaliste  et même ultranationaliste, qui avait frayé avec l'Allemagne nazie pendant la deuxième guerre mondiale, contre les juifs et contre une URSS, matérialiste et athée.

Ensuite, le rattachement de la Crimée à l'Ukraine, un don de Kroutchev après la déstalinisation, pour compenser les millions de morts de la famine ukrainienne de 1932, due à la séquestration des récoltes de céréales par le dictateur Staline pour faire manger les Russes, suite aux problèmes de production du modèle  économique  communiste agricole.

 La Crimée avait été une conquête russe d'il y a 250 ans, avec Sébastopol  un port stratégique russe, en lien avec la méditerranée, pour protéger le flanc sud de la Russie. L'Ukraine est considérée par les Russes comme la " petite Russie", la méridionale, dont la langue ne diffère pas fondamentalement du russe.

Compte tenu des réalités historiques, la seule voie de sagesse possible pour l'Ukraine, c'est l'indépendance et la neutralité puisqu'elle se trouve pile entre le monde occidental et le monde oriental.Comme la Suisse se trouvait dans le passé, pile entre les puissances françaises et autrichiennes. C'est le modèle de la neutralité armée qui a prévalu ce qui a sauvé l'indépendance du petit pays pile au centre de l'Europe occidentale.

Si L'Ukraine veut échapper à la guerre civile et à la partition, victime alors de la nouvelle guerre froide qui est en train de s'allumer entre les puissances occidentales( Etats-Unis et Europe) et orientales ( Russie et Chine) elle doit affirmer sa détermination et être intraitable concernant son indépendance.

Quitte à donner plus d'autonomie et d'indépendance aux quatre et même cinq parties qui la composent. Les modèles politiques existent, et la crise doit se résoudre d'une manière politique et non par la violence et la guerre.

Les caisses publiques ukrainienne ont été pillées par les corrompus et les oligarques milliardaires,qui ont pratiqué le blanchiment de fraude fiscale par milliards.

Des dizaines de milliards de la monnaie nationale, manquent. Les caisses sont vides et lorsque vous allez mendier de l'argent, vous devenez l'otage des créanciers: la Russie qui en échange d'un prêt de dizaines de milliards, a exigé que l'Ukraine renonce à son association économique avec l'Europe. Ou l'Europe qui a tenté, avec cette association, même à minima à tirer l'Ukraine de son côté. C'était déjà trop pour le grand frère russe.

Pour garder son indépendance, un peu comme l'Egypte, il lui faut un président fort et moral. Il faut un pays fort et autonome financièrement. Or, l'Ukraine  qui a gagné son indépendance en 1991, à la chute de l'URSS, n'est pas devenue plus forte,  avec plus de justice sociale que pendant sa période soviétique, c'est le contraire qui s'est passé. Et pourtant c'est un grand pays de plus de quarante millions d'habitants, avec un fort potentiel économique sous réserve d'un modèle social et économique sain pour remplacer le modèle de l'utracapitalisme kleptocrate actuel.

Le camp occidental, vainqueur de la guerre froide, a prétendu apporter la liberté et la démocratie en Ukraine. En fait, le libéral-ultracapitalisme ukrainien qui a succédé au socialisme réel, sans foi ni loi, à part la loi de la jungle, a favorisé l'essor d'une minorité de riches, d'une oligarchie d'argent, sans scrupule et corrompue, et une paupérisation toujours plus grave des classes populaires et moyennes, au fur et à mesure que le modèle libéral-capitaliste yankee mondialisé s'effondrait, avec ses crises successives dont la pire est la crise financière qui a déferlé sur le monde, depuis les Etats-Unis et depuis 2008. Pour s'en sortir,et unir le peuple américain, il ne reste plus qu'au régime yankee que la fuite en avant, dans les provocations et les guerres, en continuant à mentir à son peuple, en lui vendant une liberté et une démocratie dégénérées. A moins que la révolution citoyenne qui a démarré dans le sud du continent atteigne le peuple américain!

La Suisse a une responsabilité énorme vis à vis de l'Ukraine. C'est elle principalement mais avec d'autres pays comme l'Autriche et vraisemblablement aussi l'Angleterre avec la City, qui a accueilli les milliards du blanchiment de fraude fiscale. Or, ce blanchiment a commencé il y a plus de 20 ans et elle n'agit que maintenant!Le blanchiment est pénal en Suisse depuis l'an 2000!

A juste titre, le journaliste François Pilet dans le Matin dimanche de ce jour fait remarquer qu'il y a plus d'une année, il avait effectué un reportage sur les sociétés du fils dentiste de Yanukovitch, qui est devenu multimillionnaire en quelques années, avec son argent et ses sociétés planquées en Suisse. On avait ri de lui!

Le peuple suisse risque de payer très cher dans le futur le fait que peut-être même malgré lui, il est devenu un peuple de receleurs et cela depuis près de 100 ans maintenant, depuis le début du secret bancaire en Suisse.

S'il veut éviter le pire, sa société civile doit être pro-active et créative pour réparer les tords, car il ne faut pas beaucoup compter actuellement sur  sa classe politique, tous partis confondus, et judiciaire en grande partie lâches, hypocrites, ignorantes, cupides et  moralement corrompues.


Pierre Pittet, Président de la CJP, association Citoyens-citoyennes pour la Justice publique.


Lire la suite

20:50 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

L'OLIGARCHIE FINANCIERE MONDIALE: UNE SATANOCRATIE?

 

Brady Dougan: Casse-toi!

Le terme satanocratie avait été inventé par le philosophe chrétien et socialiste révolutionnaire ukrainien Nikolai Berdyaev dans les années 30 pour décrire le totalitarisme stalinien, ses mensonges et ses crimes. Attaché aux valeurs chrétiennes, spirituelles et ancestrales de son pays, l'Ukraine, de Kiev, premier centre historique de la Russie avant Moscou, il voyait dans le matérialisme athée du communisme bolchévique stalinien, criminel envers ceux qui ne pensaient pas comme lui, une satanocratie, un royaume du mal, répondant au royaume du mal nazi.

Le libéral-capitalisme yankee, sans foi ni loi,autre que celle de la jungle, qui veut imposer sa puissance d'une manière universelle depuis la chute du mur de Berlin et de l' URSS, qui a semé avec le clan criminel Bush, encore actif dans l'ombre, mort et désolation dans tous les pays attaqués alors que l'Amérique était soit-disant intervenue pour apporter liberté et démocratie, est en fait une autre forme de totalitarisme, le totalitarisme de l'argent.

Donc une nouvelle satanocratie, une nouvelle religion du mal qui achète tout avec l'argent et surtout la Justice et ses valeurs, l'égalité de tous et de toutes devant la Loi. Qui viole sa Constitution avec de nouvelles lois fachisantes, qui espionne illégalement le monde entier avec sa NSA, depuis Genève aussi, of course!

A la fin des années 70, concernant le scandale du Crédit suisse de Chiasso, les criminels financiers de la banque avaient écopé de 4 ans et demie de prison.

C'est de l'histoire ancienne. Les deux grandes banques qui portent le nom Suisse ,l'UBS et le Crédit suisse qui ont pratiqué le blanchiment de fraude fiscale par milliards, véritables crimes qui ont pillé les caisses publiques des  Etats, grands et puissants comme les USA ou petits n'ont jamais fait l'objet de plaintes pénales: ils ont acheté la Justice à coup de centaines de millions pour éviter de sombrer.

Et ce sont les employés qui sont passés à la case prison pour l'UBS, jamais les patrons, ce qui est une hérésie, du point du vue du Droit. Et pourtant, s'ils sombraient, il aurait suffi de démembrer ces monstres et de les républiquer  avec les actionnaires d'intérêt public  de la banques. Les bénéfices de ces deux banques portant le nom suisse seraient devenus publics donc utiles à l'Intérêt général, au Bien commun, à la Volonté générale comme le rêvait Jean-Jacques Rousseau dans son contrat social. Et aussi, utile pour la cohésion sociale, réduisant le fossé entre le travail et le capital, ceux qui vivent de leur travail et ceux qui vivent de la spéculation.

Le pire spectacle nous a été présenté par le  présumé parjure yankee Brady Dougan, boss du Crédit suisse, devant le Sénat américain- et le pugnace démocrate Carl Levin qui sauve l'honneur moral des Etats-Unis - qui veut faire croire au monde que les fraudeurs sont un petit groupe de banquiers privés qui ont commis les crimes seuls aux Etats-Unis et que lui, l'Américain ne savait rien Prend-il les citoyens du monde entier qui l'ont regardé pour des imbéciles?

Sa stratégie c'est d'acheter la Justice, d'abord, comme l'a très bien fait remarqué le journaliste François Pilet du Matin dimanche de ce jour, en achetant le silence des employés fautifs, en les payant depuis plusieurs années à ne rien faire, pour les mettre sous sa botte et éviter qu'ils ne passent à table. Ensuite, il espère que c'est eux qui vont passer par la case prison et pas lui.

Les citoyens suisses du peuple suisse souverain ont voté une loi pour expulser les criminels étrangers. Cette loi doit être respectée, c'est la règle du jeu en démocratie, même si elle nous déplait. Or, en démocratie,  cette loi est la même pour tous,  et donc pas seulement pour les délinquants pauvres, visés par les racistes de l'UDC.

Brady Dougan dégage, tu n'es pas le bienvenu en Suisse!


Pierre Pittet, président de la CJP, association Citoyens-Citoyennes pour la Justice publique.




 

 

Lire la suite

18:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook