02/03/2014

L'OLIGARCHIE FINANCIERE MONDIALE: UNE SATANOCRATIE?

 

Brady Dougan: Casse-toi!

Le terme satanocratie avait été inventé par le philosophe chrétien et socialiste révolutionnaire ukrainien Nikolai Berdyaev dans les années 30 pour décrire le totalitarisme stalinien, ses mensonges et ses crimes. Attaché aux valeurs chrétiennes, spirituelles et ancestrales de son pays, l'Ukraine, de Kiev, premier centre historique de la Russie avant Moscou, il voyait dans le matérialisme athée du communisme bolchévique stalinien, criminel envers ceux qui ne pensaient pas comme lui, une satanocratie, un royaume du mal, répondant au royaume du mal nazi.

Le libéral-capitalisme yankee, sans foi ni loi,autre que celle de la jungle, qui veut imposer sa puissance d'une manière universelle depuis la chute du mur de Berlin et de l' URSS, qui a semé avec le clan criminel Bush, encore actif dans l'ombre, mort et désolation dans tous les pays attaqués alors que l'Amérique était soit-disant intervenue pour apporter liberté et démocratie, est en fait une autre forme de totalitarisme, le totalitarisme de l'argent.

Donc une nouvelle satanocratie, une nouvelle religion du mal qui achète tout avec l'argent et surtout la Justice et ses valeurs, l'égalité de tous et de toutes devant la Loi. Qui viole sa Constitution avec de nouvelles lois fachisantes, qui espionne illégalement le monde entier avec sa NSA, depuis Genève aussi, of course!

A la fin des années 70, concernant le scandale du Crédit suisse de Chiasso, les criminels financiers de la banque avaient écopé de 4 ans et demie de prison.

C'est de l'histoire ancienne. Les deux grandes banques qui portent le nom Suisse ,l'UBS et le Crédit suisse qui ont pratiqué le blanchiment de fraude fiscale par milliards, véritables crimes qui ont pillé les caisses publiques des  Etats, grands et puissants comme les USA ou petits n'ont jamais fait l'objet de plaintes pénales: ils ont acheté la Justice à coup de centaines de millions pour éviter de sombrer.

Et ce sont les employés qui sont passés à la case prison pour l'UBS, jamais les patrons, ce qui est une hérésie, du point du vue du Droit. Et pourtant, s'ils sombraient, il aurait suffi de démembrer ces monstres et de les républiquer  avec les actionnaires d'intérêt public  de la banques. Les bénéfices de ces deux banques portant le nom suisse seraient devenus publics donc utiles à l'Intérêt général, au Bien commun, à la Volonté générale comme le rêvait Jean-Jacques Rousseau dans son contrat social. Et aussi, utile pour la cohésion sociale, réduisant le fossé entre le travail et le capital, ceux qui vivent de leur travail et ceux qui vivent de la spéculation.

Le pire spectacle nous a été présenté par le  présumé parjure yankee Brady Dougan, boss du Crédit suisse, devant le Sénat américain- et le pugnace démocrate Carl Levin qui sauve l'honneur moral des Etats-Unis - qui veut faire croire au monde que les fraudeurs sont un petit groupe de banquiers privés qui ont commis les crimes seuls aux Etats-Unis et que lui, l'Américain ne savait rien Prend-il les citoyens du monde entier qui l'ont regardé pour des imbéciles?

Sa stratégie c'est d'acheter la Justice, d'abord, comme l'a très bien fait remarqué le journaliste François Pilet du Matin dimanche de ce jour, en achetant le silence des employés fautifs, en les payant depuis plusieurs années à ne rien faire, pour les mettre sous sa botte et éviter qu'ils ne passent à table. Ensuite, il espère que c'est eux qui vont passer par la case prison et pas lui.

Les citoyens suisses du peuple suisse souverain ont voté une loi pour expulser les criminels étrangers. Cette loi doit être respectée, c'est la règle du jeu en démocratie, même si elle nous déplait. Or, en démocratie,  cette loi est la même pour tous,  et donc pas seulement pour les délinquants pauvres, visés par les racistes de l'UDC.

Brady Dougan dégage, tu n'es pas le bienvenu en Suisse!


Pierre Pittet, président de la CJP, association Citoyens-Citoyennes pour la Justice publique.




 

 


 

 





18:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.