10/02/2014

DANIEL DEVAUD CONTRE OLIVIER JORNOT

LE LANCEUR D’ALERTE CONTRE LE CHEF DE CLAN

 

 Les citoyens ne doivent pas se laisser duper par l’attaque tout azimut du Procureur général contre le juge Daniel  Devaud pour une  présumée  violation du secret de fonction, contestée par le juge du reste.  Pour tous les citoyens qui n’aiment pas les escroqueries à l’argent public et pour dissiper l’écran de fumée des gesticulations du PG  lisez plutôt ce qui suit.


 

Début 2012, la FPLC, la fondation pour la promotion du logement bon marché et l’habitatCoopératif via la RISA ( rente immobilière sa, ex-propriété du sulfureux spéculateur immobilier Carlo Lavizzari) était en passe de réaliser 70 logements. L’ancien Conseiller d’Etat aux Travaux publics, Christian Grobet s’insurge contre le fait que la FPLC allait seulement construire un quart de LUP ( logements d’utilité publique) à prix abordable pour les familles à revenu modeste et le reste en PPE ( propriété par étage) pour les citoyens aisés. Cela ne correspondait absolument  pas à la vocation de la FPLC.

C’est à ce moment-là que le juge Daniel Devaud intervient à la Cour des comptes pour mener un audit sur le fonctionnement de la FPLC. Cette Cour des comptes est chargée de contrôler la légalité des activités , la régularités des comptes et le bon emploi des fonds publics, concernant les sociétés d’intérêt public, comme les entités étatiques.

 

La FPLC avait racheté en 2008 93% de la RISA pour 21 millions à la Fonval( Fondation de valorisation) entité ayant accueilli les crédits hypothécaires pourris de la BCG pour les vendre au meilleur prix,  afin que les citoyens et tous les contribuables perdent le moins possible dans le clash de la BCG. On peut donc penser que le prix de 21 millions correspondait au prix du marché en 2008.  Et là, c’est la surprise. Le juge découvre qu’en 2001, la FPLC avait racheté 2660 actions soit le 2% de l’ensemble auprès de 8 actionnaires minoritaires privés pour un prix qui paraissait stratosphérique.

 En effet, si en 2008, les 93% des actions valent 21 millions lors d’un achat correct, 1% correspond à 225.800 frs et 2% à 451.600 frs. Rajoutons 10% environ du prix sur 4 ans, pour une fondation qui n’a pas pour but de faire du profit mais de construire des logements bon marché et à usage coopératif et nous arrivons à 500.000 frs env. Or, elles ont été achetées au moins 1,5 millions de frs de trop, c’est ce qui ressort en tous cas de ce qui a pu sortir comme information dans la presse genevoise.

 Au moment où le libéral Florian Barro, architecte de son état et président du conseil de la FPLC attaque le juge Devaud dans 20 minutes en considérant que son audit ne vaut pas un copeck, alors que celui-ci n’avait pas encore été rendu public, celui-ci informe l’autorité de surveillance du Grand Conseil pour se plaindre des attaques de Florian Barro, qui avait bénéficié d’une fuite et il joint à sa lettre le fameux audit.

 Pour cacher l’escroquerie présumée  à l’argent public qui allait être révélée, c'est-à-dire une tromperie sur la marchandise au profit des vendeurs privés des actions minoritaires de la RISA, au détriment de la FPLC, l’acheteur public, il fallait  s’acharner contre le juge intègre et honnête, le lanceur d’alerte Daniel Devaud. Ce sera  une plainte des deux autres juges de la Cour des comptes, le PDC Stéphane Geiger, qui avait balancé un saut d’eau à la gueule de Daniel Devaud, l’avait bousculé violemment et fait tomber, et le Vert  Stanislas Zuin pour violation du secret de fonction. Message 10 sur 10 reçu par la majorité des députés de droite et d’extrême droite  du Grand-Conseil qui  ont voté  même à bulletin secret pour la levée de l’immunité parlementaire du Juge Devaud.

 Pour mémoire, quand Daniel Devaud est attaqué et tombe, il téléphone au 117. Les gendarmes qui arrivent ne s’occupent pas selon la Tdg  à régler le différend entre les deux hommes mais ils accompagnent Olivier Jornot qui vient poser des scellés sur le bureau du juge Devaud en vue d’une perquisition pour soupçon de violation de secret de fonction ! Et l’acharnement continue. Maintenant, le PG veut un procès : quoi de mieux que d’organiser un procès public qui va opposer les deux juges au Tribunal de police. L’acte d’accusation d’Olivier Jornot est prêt et c’est un juge qui va trancher  le différend entre les deux hommes. Ecran de fumée.

 L’avocat Olivier Jornot, candidat au poste de Procureur général, lors des élections judiciaires de 13 avril, contre  l’avocat Pierre Bayenet, avait pourtant là  un dossier idéal qui aurait pu prouver qu’il se situe au-dessus des partis, au dessus de son parti le PLR pour défendre les Lois genevoises et l’Intérêt public. Pour cela, il n’avait qu’à ouvrir une enquête pénale pour  soupçon de mauvais usage de l’argent public avec soupçon d’escroquerie et commencer à faire le ménage.

Car je ne doute pas une seconde du sérieux de l’audit du Juge Daniel Devaud, réputé pour son sérieux et son intégrité, et qui en tant que juge d’instruction dans sa longue carrière avait enquêté sur nombre d’affaires similaires.

 Quand on sait que le président de la FPLC,  Florian Barro est membre du PLR, et que la rente immobilière( RISA) n’est administrée que par deux personnes dont Philippe Prost, conseiller municipal PLR à Veyrier. Quand on sait que Olivier Jornot a lui-même  été président du Conseil municipal de Veyrier en tant que PLR, on se dit quoi ? Qu’Olivier Jornot agit plutôt en chef de clan protecteur  qu’en Procureur général respectable dans cette affaire.

 C’est pitoyable mais pas étonnant  dans cette République aux mains de l’oligarchie d’argent qui a ce qu’il faut à la Justice pour couvrir ses méfaits comme l’escroquerie du 25 rue du Stand portant sur au moins 12 millions, classée par Daniel Zappelli et son clan l’a montré récemment. Ou  les 2,3 milliards du clash de la BCG, argent des citoyens et des contribuables dilapidé avec aucune corruption d’agent bancaire instruite, avec aucune faillite frauduleuse jugée.

                                                                                                        Pierre Pittet.

22:09 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.