24/01/2014

AU PEUPLE SYRIEN DE DECIDER QUI IL VEUT COMME CHEF !

 


Les paroles de sagesse toutes simples sont venues du nouveau président iranien démocratiquement élu, Hassan Rohani : ce sont des élections libres et démocratiques qui devront être organisées en Syrie pour décider d’un nouveau gouvernement. C’est au peuple de décider,


ni aux puissances occidentales qui défendent les libéraux-capitalistes réunis dans la coalition nationale syrienne( CLS) ni au Front islamiste, proche des terroristes d’Al Quaida, financé par la dictature du clan Saoud.  Qu’aurait dit le secrétaire d’Etat américain s’il y avait eu une conférence internationale à Genève pour faire cesser la boucherie de la guerre en Irak   organisée  par le clan criminel des Bush  sur la base de mensonges avec son cortège de plusieurs centaines de milliers de morts ? Et que l’émissaire russe aurait exigé que Bush se retire du pouvoir étatsunien pour que soit organisé aux Etats-Unis un gouvernement de transition, imposé de l’extérieur ? Il aurait dit niet. Il aurait dit. Il y a des élections aux Etats-Unis et c’est le peuple qui décidera. C’est exactement ce qu’il faudra pour la peuple syrien martyrisé avec déjà 130.000 morts et des millions de déplacés. Le démantèlement de la Syrie, pays laïc, socialisant, du côté soviétique, pendant la guerre froide, comme Nasser, le leader du peuple égyptien, était planifié bien avant 2011. Mais les contradictions des Occidentaux, Etats-Unis en tête, alliés d’une manière totalement contradictoire avec les régimes totalitaires du golfe, Arabie saoudite en tête, alors qu’ils se prétendent, eux, démocratiques leur éclatent à la figure. Ce qui devait arriver arriva : les milices islamistes financées par les Saoudiens, se battent pour prendre le pouvoir total, un pouvoir totalitaire islamiste pour créer un califat mondial, contre les rebelles de l’Armée syrienne libre soutenus par les Occidentaux. C’est le théâtre des opérations qui met en pleine lumière les contradictions insoutenables pour tout esprit démocratique et logique : l’alliance contre nature des Occidentaux avec les régimes absolutistes du golfe persique, encore ,mais pour pas longtemps, il faut l’espérer, maîtres du pétrole et du gaz de la région.

 

                                                                                                                      Pierre Pittet.

18:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.