14/09/2013

QU'ILS DEGAGENT TOUS ET TOUTES!

Complètement sonnés!

 D'un côté un jeune sadique bien de chez nous, multirécidiviste, adepte du " trip viol" prenant un immense plaisir à  attacher et menacer de jeunes femmes en forêt avec un couteau avant de les violer. Il écope de 20 ans ferme pour deux viols avec le même scénario.

De l'autre côté, une jeune et jolie psychothérapeute de 34 ans, jeune maman qui va accompagner le rejeton de parents déviants à sa " thérapie équestre" de l'autre côté de la ville, près du bois de Bellevue. Et c'est le drame: la jeune femme un jour plus tard est retrouvée, par la police, assise et ligotée à un arbre, poignardée à mort! Les deux avaient rendez-vous au centre équestre à 11h du matin, jeudi et ce n'est qu'à 14h que l'unité les " Paquerettes" dépendante de Champ Dollon est avertie par le centre équestre: le multirécidiviste et sa jolie accompagnatrice  ne se sont pas présentés au cour! Merci pour le sérieux thérapeutique! La police n'intervient qu'à 16h et ne retrouve le corps que le lendemain dans l'après-midi..Tout faux sur toute la ligne, pourquoi?

 


Le laxisme de toutes les autorités responsables, qu'elles soient de la prison, de l'hôpital, de la justice ou de la politique est inacceptable et scandaleux.

S'il restait une once d'honneur et de dignité à la directrice de l'office des prisons, elle aurait déjà donné sa démission. Idem pour le psychiatre et pour le juge de la Tapem ( juge de l'application des peines et des mesures) qui ont donné l'autorisation à cette sombre thérapie équestre, totalement inadaptée pour le déviant. Malheureusement, il ne faut pas  plus compter sur ce genre de vertu morale spontanée,  au sein de la caste au pouvoir à  Genève à quelque poste que ce soit. Les dominants ne connaissent que les rapports de force et c'est seulement le résultat d'un long combat juridique qui pourra  leur faire courber l'échine!

La première sortie du violeur sadique pour sa "thérapie équestre" s'est bien passée avec son accompagnatrice. Les deux sont partis de la prison de Champ Dollon rive gauche,pour rejoindre la rive droite à Bellevue au centre équestre. Les psycho-thérapeutes pensaient peut-être que le pauvre bougre violeur allait transformer son addiction au sexe violent avec couteau par l'amour des chevaux....En fait, lors de sa première séance de thérapie, juste après la moitié de sa peine purgée, il s'est tenu coi et il a dû prendre ses repères: le bois à Bellevue, avec la question comment y entrainer sa belle accompagnatrice la fois prochaine. Il restait l'achat d'un couteau. Une formalité. On lui a laissé toute latitude pour faire ses emplettes et préparer son crime: le couteau devait servir, je présume pour un soin spécial au cheval. C'est ce qu'il a dû   vraisemblablement inventer comme argument.

La jeune femme  franco-suisse assassinée n'était pas une fille de la nomenklatura genevoise. Sa mère est une simple enseignante habitant la Champagne. Je suis prêt à parier que même en tant que psycho-thérapeute, elle n'avait pas eu accès au dossier psychiatrique du sadique, de ses antécédents familiaux et criminels. Sinon, elle se serait méfiée et protégée. L'affaire est totalement révoltante. Elle est évidemment signée: République de Genève. En France, selon l'article de la TdG , jamais un pareil scandale n' aurait été possible, car les criminels sexuels multirécidivistes sont encadrés quand ils purgent une peine de prison de 20 ans! A Genève non! On les fait accompagner à leur thérapie par de belles accompagnatrices. En espérant peut-être que les multi-récidivistes violeurs subliment leur mépris de la femme, en amour platonique! Complètement sonnés!

C'est le combat juridique qui pourrait changer la donne à Genève car enfin la mise en danger de la vie d'autrui ayant entrainé un assassinat est un délit pénal et l'Etat de Genève doit être attaqué pénalement dans cette affaire, jusqu'à la Cour européenne des Droits de l'Homme s'il le faut et les responsables doivent être jugés.

Il faut cesser à Genève l'impunité de la caste au pouvoir, soit disant élue démocratiquement, en fait grâce  à son fric, et  à l'information qu'elle contrôle à son profit via les médias qu'elle possède et les campagnes et publicités électorales qu'elle peut payer. Les dissidents dénonciateurs, les visionnaires du changement radical  sont presque partout et toujours censurés à Genève.

Pierre Pittet,  Président de la CJP, association Citoyens-nes pour la Justice publique.






 

17:24 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Plus que bien exprimé et souligné, malheureusement.
Que la révolte soit.
Que le changement vienne.

Trop tard pour une famille.

Écrit par : Maude | 15/09/2013

Bien dit. J'espère que vous aurez la force de vous faire entendre en haut lieu en martelant, encore et encore, votre point de vue. Merci.

Écrit par : alphea | 16/09/2013

Merci de m'encourager. Avec notre association, nous pouvons trouver un avocat pugnace pour défendre les intérêts de la famille dans ce cas. Car, c'est celle-ci
qui peut déposer une plainte pénale pour mise en danger de la vie d'autrui au nom de leur fille qui est décédée.

Bien à vous

Pierre Pittet.

Écrit par : pierre pittet | 16/09/2013

Merci de votre encouragement. En effet, il faut de la force pour faire bouger la justice genevoise. Notre association peut trouver un avocat pugnace pour la famille, car c'est elle, au nom de sa fille décédée, qui peut déposer plainte pénale contre l'Êtat de Genève pour mise en danger de la vie d'autrui.

Bien à vous

Pierre Pittet.

Écrit par : pierre pittet | 16/09/2013

Merci de votre gentil message

Bien à vous

Pierre Pittet.

Écrit par : pierre pittet | 16/09/2013

Les commentaires sont fermés.