03/04/2013

DES ENFUMEURS DE PREMIERE

GROBET, SPIELMANN :ANTI-JEUNES.

Lors de la réunion des partis de la Gauche radicale genevoise pour les élections municipales de 2011, Christian Grobet avait fièrement exhibé l’initiative de l’AVIVO ( association des vieillards, invalides, veuves et orphelins créée à l’époque par un membre du Parti du Travail, Roger Dafflon) L’initiative pour contrôler les hausses des TPG et descendre le prix des tiquets. En 30 secondes, un jeune militant avait décelé une grave lacune


  Parmi les bénéficiaires de réductions, les juniors, dont l’âge était compris entre 6 ans et 25 ans dans l’ancienne loi : ils n’étaient plus qu’entre l’âge de 6 ans et 18 ans à bénéficier de la réduction dans l’initiative. Interpellé, Grobet déclare que l’initiative a déjà été envoyée et qu’il n’y a plus rien à faire. Evidemment, en tant qu’autocrate, décidant tout seul ou à peu près, il n’avait même pas pris la peine de faire contrôler l’initiative. Peut-être pire, en électoraliste forcené, qui s’occupe des vieux et de leurs intérêts parce que les vieux, ils votent, et que donc ils voteront pour lui, il a considéré que les jeunes ne votant pas ou peu, cela aurait peu d’incidence sur le résultat de la consultation populaire. Et là, il a eu raison : 56% de votants ont accepté l’initiative. Malgré tout, pour enfumer le tout, il a pris soin d’envoyer une deuxième mouture de l’initiative à la chancellerie, cette fois-.ci avec des parenthèses entourant les âges de 6- 18ans. Sauf que parenthèses ou pas, les réductions pour les 18-25 ans disparaissaient quand même. Et l’embrouille a été portée à son comble car l’enfumage a marché. Le texte proposé  au suffrage populaire n’était pas le bon et la faute pouvait être portée dans les médias sur la Chancellerie et même sur la Grand Conseil et le Conseil d’Etat, qui eux n’avaient rien contrôlé. Et nos deux anti-jeunes  alors de parader dans les médias pendant les fêtes de Pâques, en protestant qu’ils ne sont pas responsables et que même, ils demanderont un dédommagement pour l’argent des affiches dépensé pour leur campagne En effet, une opposition au résultat du vote par un membre du Parti pirate a été acceptée par la Cour de Justice genevoise et il faudra revoter.  Et si les jeunes cette fois, votaient en masse pour dénoncer leur discrimination dans une initiative démagogique ? Car Christian Grobet, incapable de se reconnaître la moindre faute, veut en plus être reconnu à 70 ans comme un des deux leaders de la Gauche radicale genevoise pour les élections cantonales de cet automne, comme il l’a fait comprendre dans une conférence de presse. Alors qu’avec quelques autocrates ( hommes et femmes) du même acabit que lui, il n’a pas cessé de détruire  depuis près de 10ans, une Gauche radicale qui essaye de se reconstruire et d’allier ses principales composantes sur des bases de loyauté et d’égalité. Qu’il se casse avec ses comparses comploteurs  et qu’il laisse la chance à une nouvelle génération, pas encore pervertie par l’électoralisme exacerbé et la névrose politique du  pouvoir,. faire ses preuves pour apporter un réel  mieux être et mieux vivre aux Genevois et Genevoises dans leur ensemble.

                                                                                                                                 Pierre Pittet.

14:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.