11/03/2013

EL GHANAM A L'ONU

Le 7 mars entre 11h et 17h  s'est tenu un sit-in sur l'esplanade de la place des Nations avec le slogan: liberté pour El-Ghanam, dissident anti- corruption égyptien, en prison depuis 7ans à Genève.

A 17h, un side-event, organisé par l'ONG Nord- Sud 21 de Mandela, et l'avocat spécialiste international des Droits de l'Homme  Kurtis Doebbler a permis un débat sur l 'affaire El Ghanam auquel ont participé un représentant de l'Exécutif suisse de la Mission permanente  suisse à l'ONU, l'avocat actuel de El Ghanam Me Pierre Bayenet, quelques journalistes suisses mais aucun de Genève, pourtant tous invités. Jean Ziegler, attendu n'a finalement pas été présent. Trois membres du comité de la CJP, l'association Citoyens-nes pour la Justice publique ont été invités et un texte représentant la position de l'association a pu être lu, en présence du représentant de l'Êtat suisse à l'ONU. Ce texte est le suivant.


POURQUOI LE PROFESSEUR, DOCTEUR EN DROIT ET COLONEL DE POLICE EGYPTIEN MOHAMED EL-GHANAM EST-IL EN PRISON  A GENEVE DEPUIS 7 ANS?

elganan.jpgLes arguments de Pouvoir suisse sont les suivants: Mohamed El Ghanam est un fou paranoiaque chronique, dangereux pour le public et dangereux pour la Suisse entière. Pourquoi fou? Pourquoi a-t-il développé progressivement un terrain paranoiaque en Suisse entre 2001 et 2005, alors qu'il était en parfaite santé avant d'arriver comme réfugié politique fuyant la répression du régime Moubarak? La réponse nous est donnée simplement  par d'autres opposants, arrivés en même temps à Genève, qui eux ont réussi à échapper à la répression du régime sur notre territoire genevois! La technique des services secrets égyptiens est connue: diffamer pour que l'opposant soit coupé de sa communauté musulmane et se retrouve seul et sans défense; ensuite filer, suivre, provoquer gratuitement et insulter dans la rue, en clair terroriser, jusqu'à ce que l'opposant sombre dans la paranoia. C'est le cas de Mohamed El Ghanam, abandonné à son sort par le pays qui lui avait offert l'asile politique, notre pays.

Fou dangereux pour le public? En 2004, le juriste s'est fait provoquer dans la rue plusieurs fois. En février 2005, se sentant provoqué dans la bibliothèque de l'université de Uni-mail  par un jeune africain musulman,terrorisé, Mohamed sort un couteau pour se défendre: le jeune étudiant interrogé par la police déclare que celui-ci a voulu lui planter un couteau dans le ventre. Le professeur déclare qu'il a sorti le couteau parce qu'il s'était senti attaqué. Le titre du rapport de la gendarmerie devient: tentative de meurtre, alors que le jeune stagiaire n'a pas même été touché. Prison pendant 5 mois pour le juriste qui proteste par des lettres envoyées aux autorités genevoises et suisses. Le 25 octobre, le sous-brigadier Mettraux de la Bris genevoise, une officine de la SAP fédérale, notre police secrête, produit un faux, à l'attention de Micheline Spoerri, dans lequel il est dit que El Ghanam a blessé grièvement, en lui plantant un couteau de cuisine dans l'abdomen un africain inconnu

Fou dangereux pour la Suisse? Le 5 octobre, le chef de la SAP, M. Urs von Daeniken  fait pression sur le ministère public genevois en  l'alertant: sur internet, des textes ont été trouvés de El Ghanam:" Les Suisses ne pourront se soustraire à leur crime envers l'islam et les musulmans. Un jour, nous attaquerons violemment et nous nous vengerons. Votre pays sera la prochaine cible de Al- Quaida. La Suisse va payer". Tous les initiés savent que par exemple, avec le logiciel fin fisher, n'importe quel service secret peut utiliser votre mail pour vous diffamer gravement sur la toile  Urs von Daeniken le savait Aucun tribunal n'accepte un texte de software pour condamner une personne dans un procès! Mais El Ghanam est en prison depuis 7 ans sans procès!

Le juge de la TAPEM, le juge Malfanti a accusé El Ghanam de tentative de meurtre. Pire, dans l'ordonnance de non-lieu pour irresponsabilité psychiatrique du 20 janvier 2007,, le procureur général Daniel Zappelli accuse l'opposantà  Moubarak d'avoir intentionnellement voulu tuer. Très fort Daniel!

 La conseillère d'Etat à la Justice et Police, Micheline Spoerri accuse le professeur de l'avoir menacée de mort Tout est faux évidemment  mais heureusement tout est pénal! Diffamations, dénonciations calomnieuses, faux, détention arbitraire, mise en danger de la vie d'autrui, la liste est longue.

Le combat pénal offensif pour libérer l'innocent dissident est notre nouvelle stratégie, puisque la stratégie défensive n'a rien donner.

Le recours de l'avocat d'El Ghanam contre l'enfermement a été refusé par la Cour de Justice pénale de Genève, et par le Tribunal pénal fédéral en février de cette année: motif, les délais pour le recours ont été dépassés!  Pour le jugement en non-lieu, El Ghanam avait été avisé par poste et il pouvait tout a fait se défendre lui-même puisqu'il avait refusé d'être défendu par un avocat!

Sauf que une expertise psychiatrique indiquait qu'il était très atteint dans sa santé psychique par des troubles paranoiaques. Si atteint qu'il n'avait confiance en personne, et surtout pas en la Justice genevoise ou Suisse et donc, il  voulait l'ignorer.

Comme les racistes anti- musulmans Blocher et Freysinger avaient réussi au fédéral à diaboliser El Ghanam sur la base des insultes non prouvées scientifiquement de El Ghanam relatèes par Urs von Daeniken, le chef de la SAP, ils ont par l'ODM  supprimé son statut de réfugié politique, Mohamed s'était retrouvé à  la rue et donc ne pouvait à cet époque pas avoir reçu la  convocation pour le jugement en non-lieu!

Alors qu'aux dernières nouvelles, les contre- expertises des psychiatres lausannois sont favorables  a des soins dans un endroit  médicalisé, pour le presque mourant ayant été visité dans sa cellule à Champ Dollon, le successeur de Daniel Zappelli, Olivier Jornot, élu procureur général par ses pairs du Grand Conseil et par lui-même s'enfonce dans l'ignorance et la bétise: Mohamed El Ghanam est très dangereux pour la sécurité publique, il doit rester en prison.


Les Suisses au pouvoir, toujours très à l'heure avec leurs montres sont en retard de deux ans concernant l'affaire El Ghanam.Ils n'ont plus besoin de jouer les mercenaires du régime Moubarak, comme ils l'ont fait dès 2005 pour l'aider à se débarasser d'un dissident anti-corruption  récalcitrant qui se permettait de dénoncer la corruption du régime dans les médias suisses et étrangers. Après le changement de régime et depuis que le criminel de guerre W Bush n'est plus au pouvoir, la tragique farce devient grotesque. Et quelle image de la Suisse, comme pays hôte des institutions internationales pour les Droits de l'Homme! Lamentable! D'autant que la censure sur le fond de nos positions par les journalistes de l'oligarchie  fonctionne et fonctionnera de moins en moins! Et même la censure totale de nos positions par les médias publics la RTS, sur pression étatique deviendra de plus en plus flagrante. Seuls-les les journalistes des journaux indépendants comme Le Courrier et Gauche-Hebdo font l'effort de relayer sur le fond notre message. Et le blog de la Tribune n'est pas censuré, c'est déjà ça!


Les pressions exercées sur la directeur de l'ONG pour que je ne puisse pas m'exprimer à la tribune du side-event et qu'à ma place puisse s'exprimer la voix officielle de la Suisse ont été vaines. L'organisateur n'a pas plié:  il a invité le représentant de  l'Exécutif suisse qui connaissait mal le dossier^, mais il m'a gardé: je me suis exprimé :" from the floor" Les défenseurs américains  des Droits de l'homme,surtout celui qui a défendu 300 cas de Guantanamo aiment les activistes et c'est ainsi qu'il m'a présenté et  défendu. Une simple exigence démocratique finalement.


Le représentant de la Suisse a fait son travail, être présent pour savoir ce qui allait se dire. Il a averti les journalistes présents qu'il ne désirait pas qu'ils prennent des notes pendant qu'il parlait! Il a du manger son chapeau quand je me suis exprimé avec conviction et vigueur. Beau joueur, car il est diplomate, il m'a assuré qu'il transmettrait la position de la CJP, l'association Citoyens-nes pour la Justice publiqueà ceux qui l'avaient envoyés, c'est à dire à Bern.Les autorités politiques exécutives, qu'elles soient genevoises ou suisses sont responsables pour la santé et les droits des prisonniers.

Deux video sur Youtube ont été tournés sur la Place des Nations, http://youtu.be/1mvM216kZIY  et  http://youtu.be/GQsgCaPcmhw un en français et un en anglais..

 

Pierre Pittet, président de la CJP

 

Association CJP

Maison des Associations.

15 rue des Savoises

1205 Genève.

02:43 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.