24/10/2012

AFFAIRE DEVAUD

IL FAUT SOUTENIR LE JUGE DANIEL DEVAUD !

 

Le citoyen un peu éclairé qui connait le minimum des arcanes dans lesquelles s’évertue l’oligarchie financière genevoise a à ce jour tous les éléments pour ce faire une idée du conflit au sein de la Cour des Comptes entre le juge Daniel Devaud (Ensemble à Gauche) et Stephane Geiger (PDC), juges ayant été proposés lors de l’élection populaire par les partis mentionnés.

Dans l’affaire des agressions, il y a un agresseur et un agressé. L’agresseur est Geiger : seau d’eau à la figure de l’agressé Daniel Devaud : motif évoqué, j’avais mal aux yeux, j’avais besoin d’une loupe pour travailler et mon collègue s’est moqué de moi. Seau d’eau à la gueule pour lui apprendre à me respecter !

La dernière agression : agresseur Geiger, agressé Devaud, de nouveau. Violemment bousculé, ce dernier tombe. Il appelle le 117. Cette fois-ci Geiger se fend d’un "je ne l’ai pas touché". On va te croire bonhomme avec l’épisode du seau d’eau, la preuve de ton immense self-control. Oui mais, à quel bureau le mercenaire de l’oligarchie, l’avocat d’affaire Olivier Jornot, élu Procureur Général grâce à ses pairs du Grand Conseil et à sa propre voix pose les scellés : à Geiger, à cause de sa guéguerre. Vous n’y êtes pas ! Au bureau du juge Devaud.

Pourquoi ? Pour violation de secret de fonction ! Afin qu’aucune preuve pouvant prouver la violation du secret de fonction ne puisse s’échapper.

Le malheureux s’est permis de révéler comme lanceur d’alerte en somme, un audit en cours bloqué depuis plusieurs mois par le Sieur Zuin et le Sieur Geiger, car ils sont trois juges à la Cour des Comptes. Ah ! Et pourquoi ?

Le juge Devaud a relevé une gestion calamiteuse d’une fondation qui aurait dû être exemplaire car elle gère uniquement de l’argent public : la Fondation pour le logement bon marché et coopératif. Et qui est le président du Conseil d’administration de cette fondation ? L’architecte Florian Barro, un baron de l’oligarchie immobilière genevoise. Et qu’est-ce que le Juge Devaud reproche à cette fondation ? D’avoir acheté les parts de l’ancienne société du sulfureux Lavizzari, le spéculateur immo et le fameux escroc présumé dans l’affaire de la Banque cantonale genevoise, deux millions de trop ! Résultat du travail : audit gelé. L’oligarchie, ses sbires et mercenaires veillent ! L’ancien avocat d’affaires Daniel Zappelli, élu Procureur Général avait portant réussi en dix ans à faire oublier le vol de 2300 millions de francs aux contribuables genevois dans le fameux procès bidon BCGe.

Maintenant, il ne s’agit que de deux millions à faire oublier ! Une paille.

                                                                                                                     

Pierre Pittet

10:37 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/10/2012

CASSE-TOI RICHE CON !

michael-schumacher_1369477c.jpgL’initiative : «  Halte aux privilèges pour les millionnaires » initiée par la gauche radicale suisse (La Gauche/Alternative Linke) reprise ensuite par le PS et les syndicats a atteint son but, 103 000 signatures validées par les communes.

Michael Schumacher, le type qui avec sa voiture dépasse sur tous les circuits du monde la voiture des autres et en est devenu multimillionnaire menace de quitter la Suisse en cas d’acception populaire de cette initiative. Si le peuple souverain suisse par son futur vote avait le toupet de se mettre du côté de la morale supérieure : la Justice fiscale et l’Equité plutôt que du côté des lois du ventre, du moindre effort : tous les impôts même inéquitables sont bons à prendre pour en payer moins soi-même.

En effet,dans une interview au journal alémanique Der Sontag, paroles reprise par  le journal Le Matin de ce jour  Michael Schuhmacher prétend que  les contribuables suisses devraient payer plus d’impôts s’il partait vers d’autres cieux plus cléments fiscalement. Ce n’est pas même forcément vrai. Les citoyens du canton de Zurich, outrés qu’un oligarque sulfureux russe paye des impôts misérables dans leur canton, en violant évidemment en plus la loi :  l’impôt sur la dépense ( environ 7 fois le loyer du logement principal) est réservé aux retraités sans activité lucrative en Suisse, ce qui n’était évidemment pas  le cas de l’oligarque russe.

Zurich a l’air jusqu’à présent de s’en porter pas plus mal fiscalement car   les millionnaires qui ont décidés de payer des impôts équitables et qui sont restés sur le territoire cantonal remplacent pour les rentrées fiscales ceux qui sont partis.

Quand à Michael Schuhmacher, il prétend que lui et beaucoup de ses collègues payent des impôts et beaucoup de salaires d’employés: donc, un train de vie quasi royal avec un impôt ridicule: que du bonheur. Sauf que les temps sont à la moralisation et le peuple souverain de la Suisse risque bien de préférer la Justice  et l’Equité fiscales plutôt que l’impôt dérisoire de 5500 multimillionnaires, voir milliardaires en Suisse qui rapportent vaille que vaille quand même quelques centaines de millions. Notre peuple retrouverais le chemin de la dignité morale durement secouée ces dernières années par les indignités de son oligarchie financière et bancaire. Il donnerait un signal fort autres nations du monde, surtout celles de monde anglo-saxon (Etats-Unis et Royaume-Uni) qui abritent le plus d’enfers civiques fiscaux, cyniquement ou ironiquement appelés: paradis fiscaux.

 

                                                                                                           Pierre Pittet.

 

12:44 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook