24/10/2012

AFFAIRE DEVAUD

IL FAUT SOUTENIR LE JUGE DANIEL DEVAUD !

 

Le citoyen un peu éclairé qui connait le minimum des arcanes dans lesquelles s’évertue l’oligarchie financière genevoise a à ce jour tous les éléments pour ce faire une idée du conflit au sein de la Cour des Comptes entre le juge Daniel Devaud (Ensemble à Gauche) et Stephane Geiger (PDC), juges ayant été proposés lors de l’élection populaire par les partis mentionnés.

Dans l’affaire des agressions, il y a un agresseur et un agressé. L’agresseur est Geiger : seau d’eau à la figure de l’agressé Daniel Devaud : motif évoqué, j’avais mal aux yeux, j’avais besoin d’une loupe pour travailler et mon collègue s’est moqué de moi. Seau d’eau à la gueule pour lui apprendre à me respecter !

La dernière agression : agresseur Geiger, agressé Devaud, de nouveau. Violemment bousculé, ce dernier tombe. Il appelle le 117. Cette fois-ci Geiger se fend d’un "je ne l’ai pas touché". On va te croire bonhomme avec l’épisode du seau d’eau, la preuve de ton immense self-control. Oui mais, à quel bureau le mercenaire de l’oligarchie, l’avocat d’affaire Olivier Jornot, élu Procureur Général grâce à ses pairs du Grand Conseil et à sa propre voix pose les scellés : à Geiger, à cause de sa guéguerre. Vous n’y êtes pas ! Au bureau du juge Devaud.

Pourquoi ? Pour violation de secret de fonction ! Afin qu’aucune preuve pouvant prouver la violation du secret de fonction ne puisse s’échapper.

Le malheureux s’est permis de révéler comme lanceur d’alerte en somme, un audit en cours bloqué depuis plusieurs mois par le Sieur Zuin et le Sieur Geiger, car ils sont trois juges à la Cour des Comptes. Ah ! Et pourquoi ?

Le juge Devaud a relevé une gestion calamiteuse d’une fondation qui aurait dû être exemplaire car elle gère uniquement de l’argent public : la Fondation pour le logement bon marché et coopératif. Et qui est le président du Conseil d’administration de cette fondation ? L’architecte Florian Barro, un baron de l’oligarchie immobilière genevoise. Et qu’est-ce que le Juge Devaud reproche à cette fondation ? D’avoir acheté les parts de l’ancienne société du sulfureux Lavizzari, le spéculateur immo et le fameux escroc présumé dans l’affaire de la Banque cantonale genevoise, deux millions de trop ! Résultat du travail : audit gelé. L’oligarchie, ses sbires et mercenaires veillent ! L’ancien avocat d’affaires Daniel Zappelli, élu Procureur Général avait portant réussi en dix ans à faire oublier le vol de 2300 millions de francs aux contribuables genevois dans le fameux procès bidon BCGe.

Maintenant, il ne s’agit que de deux millions à faire oublier ! Une paille.

                                                                                                                     

Pierre Pittet

10:37 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.